De hauts dirigeants africains appellent à revitaliser les communautés de pêcheurs lors d'une conférence au Mozambique

30 Novembre 2021
Content from our Premium Partner
African Development Bank (Abidjan)
communiqué de presse

Des dirigeants et responsables politiques africains ont appelé, les 18 et 19 novembre derniers, lors d'une conférence de haut niveau au Mozambique, à la mise en place de stratégies visant à exploiter le potentiel de l'économie bleue pour réaliser les objectifs de développement durable.

Cette conférence, qui se tenait dans la ville côtière de Vilanculos à l'invitation du gouvernement mozambicain, avait pour thème, " Investir dans la santé des océans pour assurer l'avenir de la planète ".

Hôte de l'évènement, le président du Mozambique, Filipe Nyusi, a accueilli notamment son homologue du Kenya, Uhuru Kenyatta, des ministres de divers pays et de hauts responsables politiques africains.

Lors de la cérémonie d'ouverture, le président du Groupe de la Banque africaine de développement, Dr Akinwumi A. Adesina, a souligné, dans un message virtuel, que le continent possédait " des zones maritimes sur 13 millions de kilomètres carrés, comprenant des mers territoriales et des plateaux continentaux qui, eux-mêmes, s'étendent sur 6,5 millions de kilomètres. Et 38 pays africains sont des pays côtiers. "

Il est urgent de restaurer les moyens de subsistance des communautés de pêcheurs, a-t-il affirmé : " les gouvernements et le secteur privé doivent accorder la priorité à des politiques favorables, en donnant accès à des flottes de pêche modernes, à des installations de stockage et de transformation frigorifiques, et en investissant dans des infrastructures et des services de conseil climatique pour soutenir des pratiques de pêche " intelligentes " sur le plan climatique. "

Présente physiquement à la conférence, la directrice générale de la Banque africaine de développement pour la région Afrique australe, Leïla Mokaddem, a confirmé que l'institution continuerait d'aider le Mozambique à libérer son potentiel d'économie bleue. Pour cela, elle soutiendra les approches régionales de la résilience côtière et de la gestion des pêches transfrontalières dans la région du canal du Mozambique et de l'océan Indien, par l'intermédiaire du secrétariat de la Communauté de développement de l'Afrique australe.

Le littoral mozambicain est le troisième en Afrique par sa longueur et ses ressources côtières. Celles-ci contribuent, de manière significative à l'économie, notamment les parcs marins qui procurent des avantages sociaux et économiques à environ la moitié de la population du pays.

À la tête d'une délégation de la Banque africaine de développement au Mozambique, Leïla Mokaddem a indiqué que la Banque cofinançait l'un des plus gros investissements du secteur privé en termes d'infrastructures régionales. D'une valeur de plus de cinq milliards de dollars, cet investissement porte sur la construction d'un corridor ferroviaire et du port en eau profonde de Nacala pour faciliter le commerce maritime et l'accès au marché.

La délégation, avec notamment Cesar Augusto Mba Abogo, représentant de l'institution au Mozambique, a réaffirmé l'engagement de la Banque à renforcer la résilience face aux aléas climatiques au Mozambique, l'un des dix pays au monde les plus vulnérables dans ce domaine. Leïla Mokaddem a ainsi tenu des réunions bilatérales avec la ministre de la Mer, des Eaux intérieures et de la Pêche, Augusta Maita, autour d'une coopération stratégique pour le développement de l'économie bleue.

" La Banque africaine de développement est l'un des principaux partenaires stratégiques du Mozambique dans le développement de projets d'infrastructure et dans le cadre du développement d'initiatives d'économie bleue ", a salué, pour sa part, Adriano Maleiane, ministre mozambicain de l'Économie et des Finances.

Le ministre a organisé un dialogue de haut niveau avec Leïla Mokaddem et son équipe sur des projets de développement dans le nord du Mozambique, la transformation du secteur agricole, le processus de révision de la stratégie de développement économique sur vingt ans et la stabilité macroéconomique. Des rencontres ont été également organisées avec des femmes d'affaires pour discuter de leurs défis et opportunités ainsi que des moyens de stimuler la reprise économique après la pandémie de Covid-19.

Contact:

Amba Mpoke-Bigg, Département de la communication et des relations extérieures, Banque africaine de développement, courriel : a.mpoke-bigg@afdb.org

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.