Mozambique: Les attaques contre les civils se déplacent dans le sud de la province de Cabo Delgado

L'infirmière Vilelina fournit des médicaments au dispensaire d'une clinique mobile MSF dans le village de Nasitenge, dans la province de Cabo Delgado, au nord du Mozambique.

Maputo — Plus de 784 000 personnes ont été déplacées dans le nord du Mozambique en raison des violences perpétrées par des groupes armés non étatiques, principalement la province mozambicaine autoproclamée de l'ISIS. C'est ce que rapporte le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), qui réitère sa préoccupation quant à la protection et aux besoins humanitaires des personnes déplacées et des communautés d'accueil à Cabo Delgado et dans les provinces voisines.

L'offensive menée par l'armée mozambicaine avec le soutien de l'armée rwandaise et d'autres pays d'Afrique australe leur a permis de reprendre le contrôle de plusieurs zones occupées par l'insurrection, mais les militants d'ISIS Mozambique sont toujours en mesure de frapper des villages, obligeant les habitants à fuir.

Les groupes armés avaient opéré principalement dans l'extrême nord-est de la province de Cabo Delgado, près de la frontière tanzanienne. Mais début juin, une série d'attaques a eu lieu plus au sud, dans le district d'Ancuabe, à 45 km de la ville portuaire de Pemba, la capitale provinciale. Une zone qui, jusqu'à présent, était considérée comme "sûre", dans la mesure où elle accueille des milliers de personnes déplacées provenant du nord de la province. Pour répandre davantage la terreur, les victimes des djihadistes sont décapitées et ISIS Mozambique a augmenté ses activités de propagande sur Internet.

L'une des réponses des autorités de Maputo à la crise est de recruter des miliciens locaux de l'ethnie Makonde, majoritairement composée de chrétiens, ce qui risque plutôt d'alimenter le conflit. Selon une analyse de l'Institute for Security Studies (ISS), un institut de recherche indépendant sud-africain, la milice est considérée dans la région comme un outil du groupe ethnique Makondé, majoritairement chrétien, qui a été créé pour combattre les groupes armés perçus comme "Kimwani" et composés principalement de musulmans des zones côtières de Cabo Delgado.

"Connus comme une force locale, ils sont principalement des vétérans de la lutte de libération nationale contre le colonialisme portugais et leurs fils font partie du groupe ethnique dominant Makonde. La milice est principalement active à l'intérieur du pays et tente d'empêcher l'insurrection de se propager à partir des zones côtières", peut-on lire dans l'étude.

Dans les attaques des groupes armés contre les zones habitées par les Kimwani et les Makondés, les maisons incendiées par les insurgés sont principalement celles des chrétiens Makondés", indique le rapport, qui met en évidence une dimension ethnique du conflit, jusqu'ici ignorée.

Tout comme les sources de financement des terroristes sont inconnues, peut-être liées au nombre croissant d'enlèvements de membres de familles aisées dans les grandes villes du Mozambique. Certains analystes soupçonnent que les rançons des enlèvements servent à alimenter les guérillas de Cabo Delgado.

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.