Afrique: Au Mali, le prix des moutons flambe pour la Tabaski

Au marché de bétail, le "graabal" du quartier Sans fil de Bamako, l'ambiance des lieux contraste avec le manque de clients. Pour Boubacar Koumaré est venu voir s'il peut s'offrir un bélier pour la Tabaski, également appelée "fête du mouton" et célébrée ce samedi (09.07) au Mali. Mais les prix sont hors de portée cette année :

"Les moutons sont vraiment chers. Je n'en trouve pas pour l'instant pour ma bourse. Je ne peux pas pour autant en déduire qu'il n'y a pas assez de moutons ici au Graabal. Je cherche toujours."

Cette hausse des prix du mouton sur les différents marchés à bétail du pays serait due à la situation sécuritaire dans le centre et le nord du pays.

Pour le vendeur Modibo Konaté, l'exportation des moutons maliens qui a pris une autre dimension pourrait en être la principale cause :

"La cherté des prix du mouton pourrait s'expliquer par la présence de plus en plus remarquée des commerçants guinéens au niveau de notre graabal. Les moutons qu'on cède à 50.000 francs CFA, les Guinéens l'achètent à 100.000 francs CFA pour les vendre plus chers en Sierra Leone."

Forte demande des pays voisins

Au-delà de cette cherté des prix du mouton, la levée de l'embargo qui frappait le Mali redonne beaucoup d'espoir aux vendeurs, à l'image de Hamidou Thera qui estime que l'exportation du mouton vers l'étranger a repris de plus belle.

%

"Mon ami a envoyé beaucoup de moutons à Dakar. Quand il était arrivé avec son camion rempli de moutons, il m'a appelé pour m'annoncer la bonne nouvelle."

Cette reprise des exportations réjouit également Bourama Sacko, vendeur de moutons depuis 40 ans. En effet, le niveau des ventes avait baissé durant la période de l'embargo :

"Cette année des centaines de tête de moutons ont quitté notre marché à bétail. Le stock que nous avions pouvait nous suffire. Mais les demandes étaient très fortes de la part des Guinéens, Sénégalais et Ivoiriens. Nous n'avons plus assez de moutons ici, ce qui fait que les prix des petits moutons commencent à partir de 100.000 F à 125.000 francs CFA."

Avant la levée de l'embargo, les autorités maliennes avaient annoncé l'envoi au Sénégal et en Côte d'Ivoire de 5500 têtes de moutons et de chèvres et 300 têtes de bœufs pour la Tabaski.

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.