Quand une route donne un coup d'accélérateur à la qualité de vie et l'économie

2 Août 2022
Content from our Premium Partner
African Development Bank (Abidjan)
communiqué de presse

Une route peut tout changer : le paysage qu'elle traverse bien sûr, mais aussi la vie économique de toute une région et le quotidien des populations alentours.

Pour Hamuza Nakwala, petit commerçant du nord du Mozambique, c'est une route du corridor de Nacala, qui a lui a changé la vie. On reconnaît Hamuza de loin, à sa calotte et son collier de barbe, et à son vieux vélo noir, qu'il ne lâche jamais.

Car sa bicyclette est son outil de travail : Hamuza fait commerce de produits agricoles (maïs, soja, sésame, haricots) des fermes voisines de Nacala, très demandés dans la région, qu'il livre sur son vélo jusqu'à Cuamba, située à une cinquantaine de kilomètres.

" Avant la route, je devais faire près de 7 heures de vélo. Maintenant, il faut moins de deux heures jusqu'à la ville de Cuamba ", se réjouit Hamuza Nakwala. Aujourd'hui, il peut même faire deux fois l'aller-retour dans la journée sans même croiser un accident de la route.

Aussi a-t-il le sourire, comme tous les commerçants des localités traversées et les petits vendeurs de bord de route qui, désormais, n'ont plus à attendre le chaland des heures durant.

L'activité économique a retrouvé son souffle, dans la région. Les trajets sont plus courts, les véhicules moins éprouvés, la sécurité routière est meilleure, le trafic plus fluide. Aussi les produits proposés à la vente sont-ils désormais disponibles en plus grand nombre et à moindre coût.

Mais la route profite à l'ensemble de la population des deux provinces traversées - quelque deux millions de personnes : celles-ci peuvent désormais se déplacer plus aisément et avoir accès aux écoles et aux centres de santé qu'elles avaient du mal à rallier par le passé.

La nouvelle route déroule plus de 600 km de bitume à travers Nampula et Niassa, deux des dix provinces du Mozambique, situées au nord du pays. Elle relie la ville portuaire de Nacala - le port naturel le plus profond de la Côte Est de l'Afrique - à Lichinga, chef-lieu de la province de Niassa. Auparavant, parcourir les quasi 700 km qui séparent ces deux villes prenait toute une journée ; aujourd'hui, le trajet se fait en 9 heures.

La route est aussi une portion du grand corridor de transport stratégique à dimension régionale de la Communauté de développement d'Afrique australe (SACD) qui relie sur plus de 1 700 km Nacala à la capitale zambienne Lusaka.

Le Groupe de la Banque africaine de développement est le plus gros bailleur de fonds du projet, auquel a été alloué, via le Fond africain de développement (son guichet concessionnel) 190 millions de dollars. L'agence de coopération japonaise JICA, la Korea Exim Bank et l'Union européenne ont déboursé, ensemble, 164 millions de dollars, auxquels s'ajoutent 46 millions d'euros abondés par le gouvernement du Mozambique.

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.