Afrique de l'Est: Soutien aux rebeles du M23 - Ce rapport onusien qui enfonce le Rwanda

Troupes du M23 Bunagana 5

Suite aux tensions entre la République démocratique du Congo (RDC) et le Rwanda, et consécutives à la reprise des armes par les rebelles du M23, les Nations Unies, pour avoir le cœur net, avait ouvert une enquête.

Les experts viennent de rendre public leur rapport. Et, le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il enfonce une porte déjà ouverte. Car, les experts confirment la présence de troupes rwandaises aux côtés des rebelles qui, depuis quelque temps, ont pris le contrôle de la localité de Bunagana, obligeant les Forces armées congolaises (FARDC) à battre en retraite.

De quoi apporter de l'eau au moulin des autorités de Kinshasa qui, de Joseph Kabila à Félix Tshisekédi , ont toujours accusé le voisin rwandais de ne pas jouer franc jeu. On se rappelle qu'avant la publication de ce rapport, deux soldats rwandais avaient été en territoire congolais. Qu'y faisaient-ils ? On ne saurait y répondre.

Pour le moins, on sait que les relations entre les pays de la région des Grands Lacs, ne sont pas empreintes de sincérité, tant et si bien qu'ils se regardent constamment en chiens de faïence.

En effet, pendant que la RDC accuse le Rwanda de soutenir le M23, ce dernier, à son tour, soupçonne son grand voisin de parrainer les rebelles du FDLR qui, par moments, tentent des incursions meurtrières sur son sol. Pendant ce temps, l'on signale également la présence de soldats burundais et ougandais sur le sol congolais.

Pourquoi alors la RDC fait-elle l'objet de tant d'agressions extérieures, notamment de la part de ses voisins ? Est-ce parce que le pays dont le contrôle échappe en grande partie aux autorités, dispose d'immenses ressources naturelles ?

On est tenté de répondre par l'affirmative surtout quand on sait qu'avant comme après son accession à la souveraineté nationale, la RDC a toujours fait l'objet de convoitises si bien que certains de ses dirigeants ont été victimes d'un complot international qui leur a couté la vie.

Le cas le plus édifiant est celui de Patrice Lumumba qui a été tué dans les circonstances que l'on sait. Cela dit, pour revenir à la méfiance qui prévaut entre la RDC et le Rwanda, il y a lieu que les deux pays, dans l'intérêt de leurs peuples respectifs acceptent, comme ils l'ont déjà fait en fin juin à Luanda en Angola, de se parler en vue d'une solution diplomatique au différend qui les oppose.

Toute autre démarche ne ferait qu'envenimer la situation dans une sous-région déjà très tourmentée. Gageons donc que la raison prévaudra et que les uns et les autres comprendront qu'il y a plus de mérite à faire la paix qu'à faire la guerre.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X