Madagascar: ASECNA - Nouvelle menace de grève des contrôleurs aériens à partir de vendredi

Aviation Instagram: @souza_aviation Personal Instagram: @lukasouzzaa

Turbulences en vue dans le secteur aérien. Les contrôleurs aériens ont décidé de réactiver le préavis de grève qu'ils avaient lancé puis suspendu au mois de juillet dernier.

Dans une lettre adressée au Directeur général de l'Agence pour la Sécurité de la Navigation Aérienne en Afrique et à Madagascar (ASECNA), l'Union des Syndicats des Contrôleurs Aériens de l'ASECNA (USYCAA) annonce que le préavis de grève du 25 juillet est réactivé à partir du mardi 20 septembre 2022 et entrera en exécution le vendredi 23 septembre 2022 à partir de 8h temps universel.

Durée indéterminée

Prévue pour trois jours, c'est-à-dire de vendredi à dimanche, la grève pourrait s'étaler sur une durée indéterminée avertit l'USYCAA qui veut obtenir " une satisfaction totale de toutes les revendications ". Rappelons que l'USYCAA revendique entre autres la reprise des vols en cockpit, le retour de la semaine Atc, la revalorisation des heures de minuit, la reprise des échanges contrôleurs, la réforme du plan carrière des contrôleurs de l'Asecna.

Parmi les agents de l'ASECNA les moins payés en Afrique, les contrôleurs de Madagascar adhèrent à ce mouvement qui risque de paralyser le secteur aérien. " Pendant la période de la grève, les contrôleurs de la circulation aérienne cesseront toute fourniture de services de la circulation aérienne dans tous les aéroports et espaces aériens concernés ", annonce l'USYCAA.

Service minimum

Mais la paralysie ne sera pas totale puisque un service minimum sera assuré sous certaines conditions et concernant des vols ciblés. Notamment, les vols des chefs d'Etat et de gouvernement, des militaires, des évacuations sanitaires, ou encore ceux relatifs à des missions à caractère purement humanitaire ou participant à des opérations de recherche et de sauvetage.

L'on sera donc fixé sur le sort de ce mouvement d'ici vendredi car l'USYCAA se déclare encore ouverte aux négociations. " Le Bureau Exécutif de l'USYCAA réitère son entière disponibilité au dialogue sincère et reste disposé à reconsidérer sa position si des solutions concrètes et durables, preuves de la bonne foi de tous à mettre définitivement fin à cette crise, lui sont proposées d'ici vendredi 23 septembre 2022 à 8h temps universel ".

Sanctions extrêmes

Mais les négociations risquent d'échouer puisque la Direction générale de l'ASECNA promet de sanctionner les grévistes. Hier, en effet la direction générale de l'ASECNA a donné par le biais d'un mandat spécial, " pleins pouvoirs aux représentants de l'ASECNA pour identifier tous les agents grévistes et prendre les mesures conservatoires nécessaires ". Et ce sont visiblement des sanctions extrêmes puisqu'il pourrait s'agir de " suspension de contrat, licenciement, poursuites judiciaires et toutes autres sanctions prévues par le statut unique du personnel et ses annexes ".

Pire, les récalcitrants pourraient être interdits d'accès à l'aéroport. En effet, " tout agent réquisitionné et qui ne respecte pas la décision des autorités nationales doit être immédiatement interdit d'accès à l'aéroport et suspendu en attendant son licenciement par le mécanisme statutaire ". De leur côté, les syndicalistes semblent également prêts à tout en annonçant que " toute sanction abusive contre un Secrétaire Général ou tout contrôleur aérien pendant la période de préavis, entraîne son exécution immédiate et automatique jusqu'à la levée de ladite sanction et satisfaction de la plateforme ". Un bras de fer en perspective.

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X