Guinée: Des Guinéens commentent le procès du massacre du 28 septembre 2009

Dadis Camara au centre de la photo lors de la lecture de l'acte d'accusation à l'ouverture du procès du massacre du 28 septembre 2009.
28 Septembre 2022

Selon la junte au pouvoir, toutes les dispositions ont été prises pour rendre justice dans ce procès que les victimes attendent depuis treize ans. Reportage à Kankan

Assis sous sa véranda, dans le quartier Sogbe de Kankan, Mohamed Samaké, la soixantaine, écoute les dernières nouvelles concernant la préparation du procès du 28 septembre.

"Les gens parlent partout du procès des évènements de 2009. Il y a eu la pagaille... qui a raison qui n'a pas raison, on ne sait pas. Mais si ce procès se passe normalement, je pense que les gens seront contents. Il faut que ça finisse maintenant."

Depuis 13 ans, les victimes des événements dramatiques du 28 septembre 2009 attendent la tenue de ce procès.

Dans la répression des manifestations de fidèles de l'opposition, 156 personnes ont perdu la vie au stade de Conakry, selon les Nations unies.

Une dizaine de personnes ont été jusqu'alors inculpées. Le jugement est donc très attendu par les victimes. Saran Cissé était présente le jour du massacre au stade; Elle se souvient bien de cette journée surnommée "lundi "noir en Guinée : "Je suis une survivante du 28 septembre 2009 et j'attends la vérité, rien que la vérité. 13 ans ce n'est pas 13 jours. (...) Je ne peux même pas exprimer combien de fois je suis contente" de l'ouverture de ce procès.

"C'est un ouf de soulagement"

Pour Mohamed Camara, acteur de la société civile, la tenue de ce procès pourrait donner une nouvelle image de la Guinée, un pays marqué par ce massacre mais aussi par les violences meurtrières récurrentes lors des manifestations.

"Pour moi c'est un ouf de soulagement car ce procès était attendu depuis 2009 et enfin, les autorités et la justice guinéenne ont pris la décision de vraiment éclairer ce dossier-là. C'est véritablement une bonne chose", estime-t-il.

L'ancien chef de la junte présent

Le président de la transition en 2009, le capitaine Moussa Dadis Camaraest rentré à Conakry il y a quelques jours.

Selon l'un de ces avocats, maitre Antoine Pépé Lamah, son client est prêt, je cite, à défendre "son honneur" dans ce dossier. Il a été placé en détention mardi ainsi que six de ses coaccusés.

Moussa Dadis Camara a été inculpé, en 2015, par la justice guinéenne de "complicité de meurtres, de viols et de disparitions forcées" pour son implication présumée dans le massacre des opposants en 2009, à Conakry. Le procès qui démarre aujourd'hui devrait durer plusieurs mois.

Par ailleurs, plusieurs auxiliaires de justice ont été formés en prélude à ce procès qui s'ouvre à Conakry.

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.