Tchad: Le dialogue national inclusif ferme le ban sur fond de contestation

Vue aérienne de Ndjamena

Au Tchad, les débats au dialogue national inclusif ont pris fin ce mercredi. Après l'adoption de l'agenda de la transition, le président du présidium a annoncé à la surprise générale la fin des travaux et convoqué les participants samedi pour la cérémonie de clôture.

Alors que la plupart des participants attendaient une plénière pour l'adoption du rapport général du dialogue national inclusif et souverain, Gali Ngoté Gata, président du présidium, a annoncé en fin de séance ce mercredi que dialogue était fini. Applaudissements dans une salle plutôt clairsemée, hymne national et rendez-vous samedi prochain pour la cérémonie de clôture.

Un passage en force qui masque mal un malaise de plus en plus grandissant parmi les participants à ce forum, convoqué pour refonder le Tchad, mais qui n'a connu au fil des jours que des démissions.

Hier mercredi, une cinquantaine de partis politiques et associations constatant que les conclusions des travaux ne reflétaient pas l'esprit des débats a écrit à Gali Ngoté Gata, indiquant ne pas se reconnaître pas dans les conclusions des travaux si le poste de vice-président, par exemple, ne figure pas dans le projet de constitution.

De son côté, le président de la commission nationale des droits de l'homme, Mahamat Nour Ibedou, estime que les conclusions du dialogue accordent trop de pouvoirs au président de transition Mahamat Idriss Deby Itno. " Il n'a quasiment pas de contre-pouvoir et c'est dire qu'avec ces conclusions nous nous sommes battus pour rien ", lâche le défenseur des droits de l'homme.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.