Les Bamilékés victimes de Xénophobie dans le Noun au Cameroun

Dépossédés de leurs exploitations, 152 planteurs de la localité de Kouoptamo sont actuellement réfugiés dans la ville de Bafoussam et ses environs. Des maisons brûlées tandis que les propriétés sont revendues depuis quelques temps à de nouveaux acquéreurs par certains autochtones.

Photo: Wikipédia

Abong-Mbang ville camerounaise

  • Cameroun:   Chasse aux Bamiléké dans le Noun

    Camer.be, 11 Mai 2017

    Dépossédés de leurs exploitations, 152 planteurs de la localité de Kouoptamo sont actuellement réfugiés dans la ville de Bafoussam et ses… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.