ONU - Le Burundi reste "un sujet de préoccupation"

La remarque a été faite le 26 février par le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, puisque de nombreuses parties prenantes et des partenaires du Burundi redoutent les révisions constitutionnelles proposées, estimant qu'elles pourraient anéantir des progrès qui avaient été rendus possibles par l'Accord de paix et de réconciliation d'Arusha.

Antonio Guterres, Haut commissaire des Nations Unies pour les réfugiés

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.