HRW dénonce l'envoi de jeunes en camps de réhabilitation en Ethiopie

Voilà qui colle mal à l'esprit d'ouverture impulsé par le Premier ministre Abiy Ahmed. Début septembre la police a procédé à l'arrestation arbitraire de 3 000 personnes à Addis-Abeba, alors que la ville était secouée par des violences qui ont fait une vingtaine de morts.

 



Photo: Aps

Une vue de la capitale éthiopienne Addis Abéba