HRW dénonce l'envoi de jeunes en camps de réhabilitation en Ethiopie

Voilà qui colle mal à l'esprit d'ouverture impulsé par le Premier ministre Abiy Ahmed. Début septembre la police a procédé à l'arrestation arbitraire de 3 000 personnes à Addis-Abeba, alors que la ville était secouée par des violences qui ont fait une vingtaine de morts.

 

Photo: Aps

Une vue de la capitale éthiopienne Addis Abéba

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.