Des lanceurs d'alerte en danger en Gambie, Côte d'Ivoire et Bénin

Les lanceurs d'alerte n'étant pas protégés par la loi, peuvent donc faire l'objet de dangereuses représailles. C'est le cas en Gambie, en Côte d'Ivoire et au Bénin. C'est la Plateforme de protection des lanceurs d'alerte en Afrique (PPLAAF), qui, à travers trois rapports publiés, en partenariat avec Blueprint for Free Speech, a, ainsi relevé, l'insuffisance de la protection des lanceurs d'alertes dans ces trois pays de l'Afrique de l'Ouest, montrant l'absence de lois progressistes pour protéger ces acteurs.

Photo: Liberation

Pollution numérique

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.