90% des femmes victimes de fistules laissées en rade en Afrique de l'Ouest

La capitale du Niger, Niamey, a abrité, le mardi 22 mars 2021, une table ronde sur l'élimination de la fistule obstétricale. Cette rencontre a servi de tribune pour lancer, à nouveau, un appel afin que ce fléau soit éradiqué. D'autant plus que sur 30.000 cas de fistules enregistrés, chaque année, en Afrique de l'Ouest et du Centre, seuls 3.000 sont traités. De ce fait, 90% des femmes victimes de fistules sont laissées en rade.

 

Micheline Yotoudjim (à gauche), une survivante de la fistule, aide d'autres femmes qui souffrent de fistule obstétricale à suivre le traitement. Ici, on la voit assise avec une femme au Centre national de traitement de la fistule à N'Djamena au TChad.

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X