Inquiétudes face à la reprise des hostilités au Sud du Soudan

Le 22 mars, le vice-président Riek Machar, principal opposant au président Salva Kiir, annonçait le retrait de ses militaires des mécanismes de mise en œuvre des aspects sécuritaires de l'accord de paix de 2018 qui tente de mettre fin à la guerre civile démarrée en 2013. Mais depuis la formation d'un gouvernement d'unité nationale en février 2020, les progrès ne sont pas à la hauteur de l'enjeu. Des combats ont été rapportés le 24 mars dans l'État du Haut-Nil et font craindre une reprise des hostilités entre les deux principaux camps ayant signé la paix.

Au Soudan du Sud, des combats ont été rapportés le jeudi 24 mars dans l’État du Haut-Nil et font craindre une reprise des hostilités entre les deux principaux camps ayant signé l’accord de paix. (Image d'illustration) REUTERS/James Akena

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X