Il faut que justice soit rendue pour le massacre de 2014 en RCA

Nairobi -- La Cour pénale spéciale représente une piste cruciale vers l'établissement des responsabilités Les responsables d'une attaque particulièrement brutale commise il y a 10 ans contre une église en République centrafricaine qui servait de camp pour personnes déplacées doivent toujours être traduits en justice, a déclaré Human Rights Watch aujourd'hui.

Cette attaque du 28 mai 2014 à l'église Notre-Dame de Fatima, dans le quartier du même nom de la capitale du pays, Bangui, a été commise à moins d'un kilomètre d'un cantonnement de forces de maintien de la paix de l'Union africaine (UA) et elle est emblématique de l'impunité qui a encouragé la continuation de la violence entre groupes armés rivaux dans le pays pendant plus d'une décennie.

   

Un panneau à l'extérieur de l'église Notre-Dame après le massacre de mai 2014 dans le quartier de Fatima, à Bangui, en République centrafricaine, le 24 juin 2014.

Suivez AllAfrica

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.