26 Novembre 2018

Afrique de l'Ouest: Les Communicateurs traditionnels priés de s'investir sur le changement de mentalité pour le bien-être des populations

Photo: UNFPA SENEGAL/Facebook
El Hadj Mansour Mbaye remporte le Prix UNFPA pour pour sa rigueur face à la santé reproductive et la planification familiale

Pour lever les nombreuses contraintes et barrières qui empêchent les populations surtout celles rurales de jouir d'une bonne santé, d'exercer leur droit à connaitre et contrôler leur fécondité, de vivre à l'abri des violences de toutes sortes, il faut agir sur les mentalités, les normes, les préjugés et les systèmes de valeurs.

Cette assertion est du ministre de la culture du Sénégal, M. Abdou Latif Coulibaly qui était venu présider l'ouverture officielle de la Conférence régionale des communicateurs traditionnels et chefs traditionnels sur le thème : « Partenariat pour la culture, la communication et le dividende démographique en Afrique. » C'était ce dimanche 25 novembre à Dakar.

Pour lui, il faut remettre en cause toutes les constructions culturelles qui justifient, légitiment et entretiennent des conceptions et comportements préjudiciables.

A cet effet, M. Coulibaly pense que la culture qui est le soubassement de la socialisation de la personne, au travers de la famille, de la communauté, de l'école, des médias, socialisation elle-même déterminée par l'histoire, le vécu présent et la position dans la société doit alors faire l'objet d'une attention particulière.

Dans cette même dynamique, le Directeur régional de l'UNFPA Afrique de l'Ouest et du Centre estime que les communicateurs traditionnels, depuis la nuit des temps, sont, en Afrique, les dépositaires-transmetteurs, par conséquent, les détenteurs de l'héritage culturel y compris les normes et valeurs sociétales par lesquelles vous influencez et régulez le fonctionnement de la société.

M. Mabingué Ngom pense que cette couche sociale n'est donc pas seulement des griots au sens culturel du terme mais des dépositaires de messages, des facilitateurs et des acteurs  de changement, des promoteurs de valeurs propices à l'émergence d'attitudes nouvelles pour faire face, chaque fois que de besoin, aux défis majeurs qui interpellent les populations.

Selon lui, ils sont par conséquent, des acteurs clés pour la réalisation des agendas 2030 des Nations unies et 2063 de l'Union Africaine, ainsi que pour la conception et la mise en œuvre de politiques et programmes qui visent  la capture du dividende démographique.

Dans cette même veine, la Représentante de l'UNFPA Sénégal, Mme Cécile Compaoré Zoungrana estime que communicateurs traditionnels et leaders coutumiers sont non seulement en première ligne dans la lutte contre les pratiques néfastes dont les femmes et les filles sont victimes. Ils sont aussi et surtout des acteurs du changement et des transformations sociales propices à la capture du Dividende Démographique (DD)

Ainsi, après l'existence d'une masse critique de structures avec des acteurs de haut niveau engagés sur les enjeux et problèmes majeurs liés aux domaines de la Santé Maternelle, de la Planification Familiale et des Violences Basées sur le Genre y compris les Mutilations Génitales Féminines, M. Ngom juge nécessaire la mise en place du réseau régional devant regrouper journalistes, parlementaires, communicateurs traditionnels, leaders religieux et coutumiers.

Selon lui, l'un des principaux défis serait de créer dans un futur proche une structure faitière avec un mécanisme capable de fédérer, autour d'une des entités déjà existantes, le potentiel des uns et des autres à travers un plan d'action régional concerté ; en un mot bâtir un partenariat technique opérationnel à l'image du partenariat stratégique dont les contours et les modalités de mise en œuvre seront définis au cours de la présente rencontre.

Le directeur régional de l'UNFPA juge cette ambition réalisable en prenant exemple sur le réseau guinéen des parlementaires pour la population et le développement (Rgppd) qui, au terme d'une caravane nationale, a abouti à la Plateforme des religieux sous l'égide du Secrétariat Général des Affaires religieuses et le Réseau National des Communicateurs Traditionnels (Renacot).

Une initiative qui, à l'en croire, l'un des résultats de cette activité conjointe a été les décisions N0 096/P/Dla/096/2018 et 097/P/Dla/2018 du Préfet de DABOLA de la région de RARANAH, portant création, mission et composition du Comité Préfectoral de la lutte contre la mortalité maternelle, néonatale et infanto juvénile et nomination des membres dudit Comité.

Pour lui, cette bonne pratique guinéenne est partagée avec l'espoir qu'elle inspirera le Réseau Régional des Communicateurs Traditionnels et des Chefs Traditionnels, qui va être mis en place avec, entre autres, l'ambition d'être un support de premier ordre pour les réseaux nationaux en vue de mener des actions concertées pour le changement de mentalités et de comportements en faveur de la capture du DD.

La nécessaire mise à niveau avant de s'investir dans la capture du Dividende Démographique

Les contours du réseau régional des communicateurs traditionnels pour la capture du dividende démographique sont ainsi dessinés et les défis sont jugés énormes par tous les acteurs.

Devant cet état de fait, les communicateurs traditionnels comme leaders coutumiers ont échangé profité de cette première journée de ces assises de Dakar pour               échanger sur leurs expériences.

Certains observateurs qui ont pris part au panel sur « la Communication pour un changement social et de comportement » estiment que prétendre à un changement social, reviendrait à agir sur les normes sociales que sont la religion et la tradition.

A leur avis, l'œuvre et les enseignements de Amadou Hampaté Ba ont été convoqués pour magnifier les qualités de bons messagers qu'ont les communicateurs traditionnels qui sont des éducateurs de proximité, des agents du changement et vecteurs de stabilité.

Ce qui a ainsi suscité certains questionnements à savoir : Avec la mondialisation, quelle place et quel avenir pour le communicateur traditionnel dans nos sociétés ? Quel type de communicateur traditionnel pour un changement de comportement social ?

Pour Abdou Aziz Mbaye, Coordonnateur des communicateurs traditionnels du Sénégal, il faut qu'ils acceptent les mutations et faire défi de la capacitation pour adresser les messages indiqués.

A son avis, les communicateurs traditionnels ont besoin de se remettre en question pour faire face aux nouveaux défis.

Dans la même veine, le Dr Pogba Gbanacé de RENACOT Guinée appelle ces acteurs sociaux à s'ouvrir aux valeurs extérieures tout en restant enraciner sur les traditions.

Des membres de l'assistance, de leur côté, ont prôné la promotion des communicateurs qui chantent les politiques définies et non les autorités chargées de les mettre en application.

Ce qui constitue un ensemble d'indicateur qui invitent les communicateurs et leaders coutumiers à être de véritables vecteurs de développement en accompagnant toutes les politiques de développement en cours.

Un postulat qui leur impose de s'informer avant d'informer d'où la nécessité, selon certains observateurs, de changer d'abord le comportement et la mentalité des communicateurs traditionnels avant de les utiliser comme vecteurs pour la capture du Dividende démographique.

En savoir plus

Copyright © 2018 allAfrica.com. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.