Sénégal: Dr Natalia Kanem salue la démarche inclusive du projet Fass Emergent

Photo: UNICEF/Sénégal
Dr Natalia Kenem, Directrice Exécutive de l'UNFPA
7 Août 2019

Le Dr Natalia Kanem a salué la démarche inclusive socle du projet Fass Emergent (FassE) qui traduit l’opérationnalisation du dividende démographique dans la commune de Gueule Tapée-Fass-Colobane. La Directrice exécutive de l’UNFPA l’a fait savoir lors d’une visite qu’elle a effectué le mardi 6 août à la mairie de la commune.

Lors d’une séance d’échange avec les autorités de la commune et des représentants des populations de Fass-Colobane-Gueule Tapée, la patronne de l’UNFPA n’a pas caché sa  satisfaction par rapport à la démarche inclusive de ce projet pilote pour l’opérationnalisation du dividende démographique, initié par le bureau Afrique de l’Ouest et du Centre de l’institution onusienne.

Le Dr Natalia Kanem dit aimer le projet FassE du fait que la voix des jeunes et des femmes soit au cœur du processus. C’était en présence du Directeur régional Afrique de l’Ouest et du Centre de l’UNFPA, M. Mabingué Ngom et du ministre de la jeune de la Guinée, venu s’inspirer de cette expérience sénégalaise.

Un projet qu’elle juge novateur dans la mesure qu’elle prend en compte les principes de base des Nations Unies qui sont, entre autres, la paix, le développement, la sécurité.

A son avis, la démarche inclusive du projet Fass Emergent cadre parfaitement avec les Objectifs de développement Durable (ODD), notamment à son objectif 17 qui consiste à renforcer les moyens de mettre en œuvre le partenariat.

Elle estime que la démarche nouvelle du projet qui tend à faire les choses différemment, traduit la vision de la communauté internationale qui ambitionne de réaliser « l’Afrique que nous voulons ».

« Nous ne voulons plus qu’une mère perd la vie en donnant la naissance à Fass », lance-t-elle à l’assistance tout en se félicitant du poste de santé flambant neuf qui sera construit à cet effet.

Ce qui lui fait dire que le projet FassE est un exemple à démultiplier au Sénégal et en Afrique. Car, poursuit ce secrétaire général adjoint de l’ONU, il faut faire de sorte que les jeunes gardent espoir et que chaque fille évolue avec confiance vers un avenir radieux.

Le secrétaire général de la Commune de Fass-Colobane-Gueule Tapée souligne que, dans sa   démarche, le projet harmonise les interventions des organismes onusiens qui y interviennent ; au même moment rationnaliser les ressources et éviter de disperser les forces.

Un projet à « vendre » lors de la CIPD 25 de Nairobi

Le projet FassE vise à améliorer le capital humain, les opportunités économiques et la gouvernance locale pour accélérer la transition démographique et tirer profit du dividende démographique dans une localité qui compte une population de 58 802 habitants dont les 68,7% sont âgées de moins de 35 ans.

Il est mis en œuvre dans une commune caractérisée par une forte concentration humaine, avec des poches de pauvreté et de chômage, des indicateurs socio-économiques et sanitaires défavorables.

Le secrétaire général de la mairie de Fass-Colobane-Gueule Tapée estime que les résultats, jusque-là obtenu dans cette dynamique d’opérationnalisation du dividende démographique montre que le projet FassE cadre parfaitement avec les objectifs du Plan Sénégal Emergent (PSE).

Ce qui constitue un bréviaire à « vendre » lors du 25ème anniversaire de la Conférence Internationale sur la population et le développement (CIPD) qui se tiendra les 12 et 13 novembre 2019 à Nairobi, au Kenya.

Une rencontre cruciale durant laquelle, selon Dr Natalia Kanem, permettra de dire à tout le monde que les jeunes comptent et qu’il faut les mettre devant.

A cet effet, après Niamey, la directrice exécutive a fait sa descente à Dakar pour poursuivre son plaidoyer renforçant cette rencontre aux enjeux multiple qui provoque la réflexion autour de « Accélérer les engagements ».

C’est ainsi qu’elle a rencontré les autorités gouvernementales du Sénégal, des partenaires stratégiques de l’UNFPA ainsi que des agences du Système des Nations Unies.

L’effet recherché est de renforcer l’engagement des autorités nationales, des partenaires techniques et financiers ainsi que des acteurs de la société civile, à accélérer la réalisation des promesses de la CIPD, mais aussi de les motiver pour assurer leur participation aux assises de la capitale kenyane.

Un périple qu’elle va poursuivre en Gambie pour porter le même message de plaidoyer et de sensibilisation.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: allAfrica

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.