Intégration régionale - Le tronçon routier Ketta-Djoum va faciliter les échanges commerciaux entre le Cameroun et le Congo et dans la région

25 Janvier 2022
Content from our Premium Partner
African Development Bank (Abidjan)
communiqué de presse

Le ministre camerounais des Travaux publics, Emmanuel Nganou Djoumessi, a inauguré, le 22 décembre dernier à Ntam, le corridor routier Sangmélima-Ouesso menant du Cameroun vers le Congo, marquant ainsi l'ouverture officielle du tronçon régional Ketta-Djoum, dont la Banque africaine de développement est le principal bailleur de fonds.

La cérémonie s'est déroulée en présence du ministre des Transports, Jean-Ernest Massena Ngalle, du ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative, Joseph Lé, de représentants officiels congolais, et de représentants de la Commission économique des États de l'Afrique centrale (CEEAC), ainsi que du chef de Division Infrastructures pour l'Afrique centrale à la Banque africaine de développement, Joseph Kouassi N'guessan, et d'autres bailleurs de fonds.

" Ce projet de facilitation de la chaîne logistique des transports en Afrique centrale cible la connexion par la route des deux pays et l'intensification des échanges commerciaux ", a déclaré le ministre Djoumessi.

" Aujourd'hui, c'est une fierté de voir les deux capitales de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC) réunies par voie routière. C'est l'ambition de la Banque africaine de développement de voir ce genre d'initiative se multiplier dans cette partie du continent ", a souligné pour sa part, M. N'guessan. Au-delà des avantages que présente le projet pour le développement des échanges entre le Cameroun et le Congo, " ce corridor renforcera l'intégration régionale en permettant l'interconnexion sur des axes routiers reliant le Cameroun, le Congo, la Centrafrique, le Gabon, la Guinée Equatoriale, y compris la République démocratique du Congo ", a-t-il ajouté.

La section Sangmélima-Ouesso du projet de construction de la route Ketta-Djoum a été réalisée en cinq lots du côté du Cameroun : Sangmélima-Bikoula (65 km), Bikoula-Djoum (38 km), Djoum-Mintom (98 km), Mintom-Llé (67,5 km) et Lélé-Mbalam (53 km). Cela représente 321,5 kilomètres de routes aménagées pour faciliter la circulation des biens et des personnes ainsi que le désenclavement des bassins de production agricole.

La Banque africaine de développement est le principal bailleur de fonds des travaux de cette section, qui a coûté 119,8 milliards francs CFA (215 millions de dollars américains). Les autres bailleurs sont la Banque de développement des États de l'Afrique centrale, la Banque islamique de développement et l'Agence japonaise de coopération internationale (JICA).

L'intégralité des travaux du corridor Brazzaville-Yaoundé, dont fait partie la section Sangmélima-Ouesso, s'élève à 228,8 milliards FCFA (424 millions de dollars). Les financements ont été mobilisés par le Cameroun et le Congo avec l'appui des partenaires au développement cités précédemment, ainsi que la Banque arabe pour le développement économique en Afrique, le Fonds saoudien pour le développement et le Fonds koweïtien.

Contact:

Alexis Adélé, Département de la communication et des relations extérieures / a.adele@afdb.org

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.