Washington interpelle le gouvernement libyen sur les salaires de l'ANL

C'est une affaire qui a failli menacer l'accord de paix signé il y a près d'un an à Genève. L'est libyen protestait contre le refus du gouvernement dirigé par Abdel Hamid Dbeibah de payer les salaires de l'Armée nationale libyenne dirigée par Khalifa Haftar et basée à l'est. Pourtant, ce gouvernement a continué à payer les salaires des forces suppléantes, c'est-à-dire les milices de Tripoli et de l'ouest libyen. Il a fallu la pression des États-Unis pour que les choses rentrent dans l'ordre et que la tension baisse.

Siège du département d'Etat américain à Washington.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X