7 Mars 2018
Content from our Premium Partner

African Development Bank (Abidjan)

Grand moment historique à la Banque africaine de développement - Rencontre consultative et stratégique avec les gouverneurs d'Afrique du Nord

" L'Afrique est le continent du futur ", a déclaré le ministre tunisien des Finances, Zied Ladhari

« Rien ne sera plus comme avant », a estimé le président de la Banque africaine de développement, Akinwumi Adesina, au début de la rencontre stratégique et consultative entre la haute direction de la Banque et ses gouverneurs pour l'Afrique du Nord.

Il faisait allusion à la promesse faite lors des assemblées annuelles 2017 de favoriser des relations plus étroites entre la haute direction de la Banque et ses gouverneurs.

Le président aurait aussi pu évoquer le sentiment d'urgence qui pèse sur la région et le continent en général alors qu'il peine à faire face à l'explosion démographique, notamment la persistance du chômage des jeunes, malgré une croissance économique robuste.

« La Banque, a-t-il affirmé, occupe une position unique pour soutenir la région à une époque de transformation sans précédent. »

Au cœur des interventions de la Banque se trouve une stratégie décennale ancrée dans un ensemble d'objectifs connus sous le nom de High 5 : Éclairer et alimenter en énergie l'Afrique ; Nourrir l'Afrique ; Industrialiser l'Afrique ; Intégrer l'Afrique ; et Améliorer la qualité de vie des populations en Afrique.

Lorsqu'ils seront effectivement mis en œuvre, les High 5 permettront à l'Afrique d'atteindre 90% des objectifs de développement durable des Nations Unies, selon une étude indépendante réalisée par le Programme des Nations Unies pour le développement.

Au cours de ces consultations régionales, les ministres égyptien, tunisien, marocain, algérien et mauritanien ont déclaré que les High 5 reflétaient leur propre vision et stratégies de développement. Avec 14 % de la population du continent et un tiers de son produit intérieur brut, l'Afrique du Nord a le potentiel de servir de moteur de croissance pour le continent.

La région est cependant confrontée à un vertigineux taux de chômage de 31% qui touche particulièrement les jeunes et les femmes, à l'insécurité alimentaire et hydrique, à la pauvreté et aux inégalités, ainsi qu'aux défis de la transformation économique et de l'intégration.

Dans ce contexte, les gouverneurs ont souligné les avantages de la décentralisation de la Banque. L'institution s'est rapprochée de ses pays membres, entraînant ainsi un impact positif sur la croissance économique de ces pays.

L'ambassadeur égyptien en Côte d'Ivoire, Mohamed El-Hamzawi, qui représentait le ministre des Finances, a rappelé les deux révolutions que son pays a connues en 2011 et 2014. Il a remercié la Banque pour son soutien à la stabilisation macroéconomique, aux réformes financières, aux infrastructures et aux projets énergétiques, entre autres.

Le ministre tunisien des Finances, Zied Ladhari, a rappelé que le transfert temporaire des activités de la Banque dans son pays pendant 11 ans a contribué à renforcer les liens. « Nous partageons la vision de la Banque : l'Afrique est le continent de l'avenir, c'est un grand moment pour l'Afrique avec la Banque au centre. L'exploitation du potentiel des économies africaines est une tâche que la Banque doit accomplir. »

Le ministre algérien des Finances, Abderrahmane Raouia, a déclaré : « Le plus grand défi pour l'Afrique aujourd'hui est la création d'emplois, un enjeu de stabilité et un levier pour tirer la croissance économique vers le haut. Nous devons offrir aux jeunes des opportunités d'emploi pour les convaincre de rester ici, sur le continent. »

Appréciant ces manifestations de soutien, le président Adesina a saisi cette occasion pour rappeler aux gouverneurs que la Banque approchait les limites de son ratio prudentiel et que le moment était venu d'envisager une augmentation générale du capital.

« Il nous reste 12 ans pour réaliser les Objectifs de développement durable. C'est un signal d'alarme pour nous avertir que si l'Afrique n'atteint pas les Objectifs de développement durable, le monde ne les atteindra pas non plus. Nous devons accélérer le développement, a-t-il insisté. Nous mobilisons plus de ressources et l'impact de nos interventions se fait sentir. »

Le président Adesina a souligné certaines des réalisations de la Banque au cours des sept dernières années. Environ 27 millions d'Africains ont bénéficié de nouvelles connexions électriques, tandis que 49 millions ont bénéficié d'améliorations dans l'agriculture. Quelque 35 millions ont obtenu un meilleur accès à l'eau et à l'assainissement et près d'un million de petites entreprises ont bénéficié de services financiers. Au cours de la même période, 23 millions de femmes ont bénéficié des améliorations dans l'agriculture et 10 millions ont profité de projets d'investissement.

Les prêts aux pays à faible revenu ont été multipliés par 17, passant de 434 millions de dollars en 2010 à 7,5 milliards de dollars en 2016. Les prêts aux pays à revenu intermédiaire, tels que les pays d'Afrique du Nord, ont doublé. Le portefeuille actif d'opérations du secteur privé de la Banque est passé de 15 milliards de dollars en 2010 à 30 milliards de dollars en 2016.

Le président Adesina a noté que la Banque avait levé l'année dernière 9,73 milliards de dollars sur les marchés financiers pour les pays africains et a atteint le plus haut niveau de décaissement annuel de son histoire, soit 7,67 milliards de dollars.

Cependant, Célestin Monga, économiste en chef et vice-président, Gouvernance économique et connaissances, a attiré l'attention des gouverneurs sur les problèmes persistants de développement auxquels les pays africains sont confrontés à divers degrés en raison de la faiblesse de l'environnement macroéconomique, de la faible diversification et des taux élevés de chômage. Ceux-ci posent d'énormes défis de développement que la Banque peut mieux gérer avec des ressources supplémentaires qui peuvent être générées en augmentant sa capitalisation.

La Banque mobilisera des ressources à travers l'African Investment Forum. Pierre Guislain, vice-président pour le Secteur privé, l'infrastructure et l'industrialisation, a invité les ministres à explorer les possibilités de mobiliser d'autres sources de financement au Forum, prévu à Johannesburg, en Afrique du Sud, en novembre 2018. Le Forum sera purement transactionnel, présentera des projets bancables, attirera des financements et fournira des plateformes pour investir dans plusieurs pays, entre autres, a-t-il déclaré.

Avec une augmentation substantielle de capital, la Banque africaine de développement sera en mesure de livrer un solide pipeline d'opérations (15 milliards de dollars rien que pour 2018). Les perspectives pour 2018-2020 sont prometteuses : 50,3 millions de personnes devraient bénéficier d'un meilleur accès au transport contre 14 millions en 2017. Plus de 35 millions de personnes bénéficieront de connexions électriques nouvelles ou améliorées, contre 4,4 millions en 2017.

Dans son allocution de clôture, le président Adesina a félicité les gouverneurs pour leur généreuse appréciation du travail de la Banque et de leurs engagements envers l'institution. « Nous apprécions ce que vous faites en Afrique du Nord et saluons votre travail en tant qu'ambassadeurs de la Banque. »

La consultation des gouverneurs sur les défis de développement de l'Afrique et les réformes de la Banque est la troisième des cinq réunions régionales impliquant les 54 pays membres régionaux de la Banque.

Copyright © 2018 African Development Bank. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.