La Banque africaine de développement soutient l'investissement et le développement du secteur privé en Mauritanie

8 Mars 2019
Content from our Premium Partner
African Development Bank (Abidjan)

La Banque africaine de développement a organisé, hier à Nouakchott, en Mauritanie, un séminaire d'opportunités d'affaires, en partenariat avec le ministère de l'Economie et des Finances, la banque centrale et l'Union nationale du patronat de Mauritanie (UNPM).

Cet évènement, auquel participaient 130 personnes des secteurs public et privé, a offert un cadre d'échange permettant de renforcer le dialogue et d'identifier de nouvelles opportunités d'investissement et de financement des entreprises du pays.

La rencontre a également contribué à identifier une réserve de projets bancables en amont du Forum pour l'investissement en Afrique, qui se tiendra du 6 au 8 novembre prochains à Johannesburg, en Afrique du Sud.

Dans son allocution d'ouverture, le vice-président de l'UNPM, Mohamed Lafdal Batah, a exposé la dynamique de développement du secteur privé en Mauritanie. Il a mis en évidence les besoins croissants des entreprises en termes de financement et d'accompagnement. « Le patronat mauritanien compte sur la Banque africaine de développement pour soutenir activement le secteur privé du pays »a-t-il déclaré.

Selon Yacine Diama Fal, directrice générale adjointe de la Banque pour l'Afrique du Nord, responsable pays pour la Mauritanie, « l'objectif, l'envergure mais surtout l'impact attendu de cette rencontre avec les entreprises mauritaniennes sont, pour nous, de première importance pour traiter une question cruciale pour le pays : accélérer l'investissement et libérer le potentiel de développement du secteur privé ».

« La Banque africaine de développement poursuit la volonté partagée de renforcer les bases d'une coopération exemplaire avec le gouvernement mauritanien ainsi qu'avec l'ensemble des parties prenantes du pays. Objectif : porter, à un niveau supérieur, le partenariat avec le secteur privé mauritanien dans les créneaux porteurs », a-t-elle ajouté.

Le conseiller technique du ministre de l'Économie et des Finances, en charge du secteur privé, Sid'Ahmed Ould Bouh, a, pour sa part, présenté les chantiers de développement actuels de la Mauritanie. Il a insisté sur l'importance de cette initiative pour combler les besoins en financement du secteur privé : « La banque a toujours été à nos côtés et nous la remercions de renforcer son appui au développement de nos entreprises ».

Pour le conseiller du gouverneur de la Banque centrale de Mauritanie, Ahmed Ould Babah, « la disponibilité des ressources financières est essentielle. Conjuguée aux efforts de modernisation des infrastructures financières et d'intégration, les opérateurs du secteur privé disposeront des conditions optimales pour le financement de leur développement ici et sur l'ensemble de l'Afrique ».

A l'issue de ces échanges constructifs, différents chefs d'entreprises ont exprimé leurs attentes en matière de financement de projets. « Cette rencontre avec les représentants de la Banque a été une très bonne opportunité. Nous avons maintenant une idée plus précise sur les possibilités de développement d'affaires avec la Banque africaine de développement. Nous connaissons désormais aussi la palette d'instruments de financement auxquels nous pouvons avoir accès pour financer nos perspectives de développement en Mauritanie et ailleurs en Afrique », ont-ils précisé dans une déclaration commune.

Le partenariat entre le République islamique de Mauritanie et le Groupe de la Banque africaine de développement compte 16 opérations totalisant un engagement financier de plus de 300 millions de dollars.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.