3 Avril 2019
Content from our Premium Partner

African Development Bank (Abidjan)

L'intégration régionale, point focal des rapports de la Banque africaine de développement sur les perspectives économiques en Afrique centrale et sur le continent

Tagged:

La Banque africaine de développement a procédé, mercredi 3 avril 2019 à Yaoundé, au Cameroun, au lancement de l'édition 2019 des rapports sur les perspectives économiques régionales en Afrique centrale (PER) d'une part et sur l'ensemble de l'Afrique (PEA) d'autre part.

L'événement était placé sous la présidence du ministre camerounais chargé du Plan et gouverneur de la Banque, Paul Tasong, entouré de hauts responsables gouvernementaux, d'organisations régionales, de partenaires au développement, de la société civile et du secteur privé.

Paul Tasong a salué l'initiative de la Banque, dont les rapports mettent en évidence les défis économiques et sociaux à relever en Afrique centrale, tout en présentant des recommandations précises pour améliorer les performances de la région.

Le directeur général de la Banque pour l'Afrique centrale, Ousmane Doré a dressé les performances et les perspectives économiques aussi bien de la région que du continent. «Les commentaires reçus des participants vont enrichir les débats sur l'intégration, un des piliers des High5» ajoutera t-il.

Avant le ministre, le Responsable-pays de la Banque au Cameroun, Solomane Koné, a pris la parole pour souhaiter la bienvenue aux participants et exprimer les remerciements de la Banque, soulignant l'opportunité de la cérémonie de lancement qui permet des échanges larges et fructueux, dont la prise en compte dans nos stratégies et opérations contribuent à l'amélioration de la qualité de nos politiques, conseils et opérations.

La thématique véhiculée par ces deux rapports complémentaires, porte sur : « L'intégration régionale ». Le Rapport sur les perspectives économiques régionales, porte plus spécifiquement sur le rôle de l'intégration dans la réduction des facteurs fragilité, à travers la transformation structurelle des économies de l'Afrique centrale.

Les rapports examinent les évolutions macroéconomiques récentes en Afrique et dans la région d'Afrique centrale, et en dégage les perspectives à court terme pour les années 2019 et 2020. Ils exposent l'état d'avancement de l'intégration régionale et la situation de fragilité dans cette région, couvrant sept (7) pays - Cameroun, Congo, Gabon, Guinée équatoriale, République centrafricaine, République démocratique du Congo et Tchad.

Dans son exposé sur les perspectives économiques en Afrique, Ferdinand Bakoup, directeur p.i du département économies-pays à la Banque, a souligné qu'une «intégration régionale effective en Afrique permettrait de stimuler l'essor des marchés nationaux au niveau continental, d'accroitre les flux commerciaux et d'investissements, d'atténuer les déficiences institutionnelles et infrastructurelles et d'impulser une transformation structurelle».

Le rapport sur les perspectives régionales, quant à lui, indique, qu'en 2018, la région Afrique centrale a connu une accélération de la croissance comparativement à 2017, avec un taux moyen de 2,2% contre 1,1% en 2017. La croissance économique de la région a été principalement soutenue par le rebond observé des prix des matières premières, principalement le pétrole.

Dans son exposé, Hervé Lohoues, économiste régional en chef pour l'Afrique centrale, fait observer que les perspectives de croissance indiquent des hausses attendues du PIB réel de 3,6% et 3,5%, en 2019 et 2020 respectivement. «Pour la réalisation de ces projections, la région dispose d'opportunités dont elle pourrait profiter, notamment la croissance de l'économie mondiale, la hausse des prix du pétrole, les réformes macroéconomiques engagées dans les pays de la région et ses richesses naturelles,» explique-t-il. Et d'ajouter que : «En revanche, la région devra aussi relever certains défis, entre autres, la situation sécuritaire, le besoin de diversification des économies, l'amélioration du climat des affaires et de la gouvernance, ainsi que le développement du capital humain ».

La fragilité de l'Afrique centrale est caractérisée par un contexte sécuritaire volatile et une instabilité politique, résultant de l'éclatement de plusieurs conflits multiformes, notamment pour le contrôle des richesses naturelles. Ces conflits ont été exacerbés par la faible capacité des Etats à faire face aux problèmes d'insécurité et de reconstruction, le niveau élevé de pauvreté des populations et le déficit de gouvernance.

Dans la perspective souhaitée de transformation structurelle soutenue par l'intégration régionale, l'Afrique centrale pourrait s'appuyer, selon les rapports, sur les piliers suivants : réduire la fragilité et renforcer la résilience ; accélérer la diversification économique des États membres pour réduire la fragilité induite par les chocs exogènes ; développer le système financier pour promouvoir la finance inclusive et l'entrepreneuriat des jeunes et des femmes. Il s'agit également de renforcer l'état de droit, la connectivité des infrastructures d'énergie, de transport et de TIC. Autre point important, la mutualisation des forces entre États dans la formation du capital humain et la valorisation de leurs avantages comparatifs mais aussi l'accélération des conditions de mise en œuvre de la future zone de libre-échange continentale (ZLEC).

Un panel de discussions a permis aux responsables de la Banque, responsables ministériels et représentants d'organisations sous-régionales de partager leurs expériences, d'enrichir les débats sur les deux rapports et de répondre aux questions de la presse.

Lien vers le rapport

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.