Un tycoon du BTP passé en politique fait florès dans les travaux publics

19 Août 2019
Content from our Premium Partner
AllAfrica InfoWire (Washington, DC)

Omatapalo est un groupe bien connu en Angola. Avec ses 3 000 salariés, l’entreprise de construction portugaise établie à Lubango (sud de l’Angola) depuis 2003 compte quelques prestigieux chantiers à son actif : à l’instar des trois stades érigés en moins d’un an à Luanda, Namibe et Malange en 2013 pour que le pays accueille les 41e championnats du monde de hockey sur patins à roulettes, une première en Afrique ! Aéroports, hôtels et centres commerciaux comptent aussi parmi les réalisations passées du groupe de BTP.

Mais depuis quelques mois, le rythme des commandes s’est encore accentué. Et tout particulièrement dans le secteur public.

À commencer par la modernisation de l’équipement de l’hôpital militaire de Luanda qui a été confié à Omatapalo dans le cadre d’un marché de 119 millions de dollars. À Lubango, Omatapalo a été chargé de la construction du périphérique pour 196 millions de dollars. À 150 kilomètres au nord de Luanda, le village de Muxima et son célèbre sanctuaire Notre-Dame de Muxima, où plusieurs centaines de milliers de Catholiques angolais, portugais et brésiliens viennent en pèlerinage chaque année, seront restaurés par plusieurs entreprises dont Omatapalo, dans le cadre d’un chantier au coût total de 145 millions de dollars.

Omatapalo cumulerait 488 millions de dollars américains de commandes publiques sur la seule année 2019, selon des estimations de la presse angolaise. Très au-dessus de ses résultats antérieurs qui ont par exemple vu l’entreprise réaliser près de 100 millions de dollars de chiffre d’affaires (34 milliards de kwanzas) en 2013.

Une très forte embellie dont Luís Manuel da Fonseca Nunes est clairement l’architecte. Pionnier de la création d'associations professionnelles en Angola, directeur de la coopérative d'éleveurs de bétail du sud de l'Angola, membre depuis 2004 du MLPA, le parti au pouvoir depuis l’indépendance de l’Angola en 1975, il est nommé gouverneur de la province de Huíla en 2018. Huíla est la deuxième province la plus peuplée du pays.

Son influence politique va jusqu’au plus haut niveau de l’État. João Manuel Gonçalves Lourenço, qui n’hésite pas à nommer au sein de son gouvernement des dirigeants de grandes entreprises privées, à l’instar de son ministre de la construction, nomma Luís Manuel da Fonseca Nunes au début de sa présidence comme l’une des 11 personnalités du conseil de la république au côté de personnalités politiques de de premier ordre telles que les présidents de l’assemblée nationale et de la cour constitutionnelle. João Manuel Gonçalves Lourenço et Luís Manuel da Fonseca Nunes entretiennent par ailleurs d’autres relations commerciales.

Luís Manuel da Fonseca Nunes est aussi le richissime fondateur du groupe de construction Socolil – qui en 2009 a été fusionné avec Omatapalo. Un lien de cause à effet, entre l’avancement politique de Luís Manuel da Fonseca Nunes et l’essor des commandes publiques passées à  Omatapalo – Socolil, que redoutaient les partis d’opposition lors de sa nomination en tant que gouverneur. Les chiffres leur donnent raison.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.