Ecobank injecte 50 millions de F Cfa dans la lutte contre les Maladies Non Transmissibles

8 Octobre 2019
Content from our Premium Partner
AllAfrica InfoWire (Washington, DC)

Le groupe Ecobank à travers ses 33 filiales s'implique de manière significative dans la lutte contre les Maladies Non Transmissibles (MTN) sur les trois prochaines années. Au Sénégal, la Banque Panafricaine va consacrer plus de 50 millions de F Cfa en guise de dons à des structures sanitaires engagées dans la croisade contre ce fléau responsable de 41% des cas de décès.

Une enveloppe de plus de 50 millions de F Cfa de dons sera partagée aux structures de santé et associations qui luttent contre les Maladies Non Transmissible.

Il s'agit de Lisca, Samu Municipal, Néphrologie hôpital Aristide le Dantec, Centre Marc Sankale, Association contre le cancer du sein, l'Hopital de Ziguinchor, de Saint Louis, Kedougou, entre autres.

L'initiative est de Ecobank qui a remis des chèques aux bénéficiaires, le samedi 5 octobre à Dakar, dans le cadre de la Journée Ecobank 2019 ou Ecobank Day qui avait mobilisé autour du thème « Faire un pas contre les maladies non transmissibles ».

Le directeur de Ecobank Sénégal, M. Serge Akré, juge pertinent le choix du thème du moment que chaque année, 15 millions de personnes, âgées de 30 à 69 ans meurent d'une maladie non transmissible.

Il rappelle que les MNT couvrent un vaste groupe de maladies, notamment le cancer, le diabète, les maladies cardiovasculaires, l'obésité, la nutrition, la santé mentale et les problèmes neurologiques.

Et ils sont la principale cause de décès et d'invalidité à l'échelle mondiale et, selon les dernières estimations de l'OMS sur la santé dans le monde, seraient responsables de 71% des décès.

« Au Sénégal, 41% des décès sont causés par les maladies non transmissibles ».

 Pour un impact massif et dans le souci de promouvoir des habitudes saines, Ecobank et ses partenaires ont, à travers une randonnée pédestre, sillonné les rues de Dakar pour sensibiliser son personnel et la communauté sur ces fléaux.

Selon lui, l'objectif est surtout d'insufler une dynamique pour permettre aux autres entités économiques de contribuer à la lutte contre ce fléau.

M. Akré fait remarquer que chaque année, dans le cadre de sa politique RSE (Responsabilité sociétale) le Groupe Ecobank, à travers sa fondation alimentée par ses différentes filiales, dote une enveloppe aux activés sociales.

Parallèlement aux activités, Ecobank organise un fund raising pour que chacun puisse faire un don par Ecobank pay à sa discrétion.

A en croire, le directeur d'Ecobank Sénégal, les fonds seront reversés à une association locale qui aide les malades démunis.

Cette option, traduit la volonté de la banque panafricaine de créer la solidarité au sein de la société et un élan d'entre-aide pour mieux réaliser les œuvres sociales.

6 millions au Centre Marc Sankalé pour la prévention des complications du diabète

Des 50 millions de F Cfa d'Ecobank, les six millions reviennent au Centre de diabétologie, Marc Sankhalé de l'hôpital Abass Ndao.

Un don qui, selon la directrice dudit Centre de diabétologie, le Pr Maïmouna Ndour Mbaye, va permettre à Ecobank de participer à la prévention contre le diabète.

« Avec le don, nous allons pouvoir acquérir un certain nombre d'équipements pour contribuer à la prévention des complications du diabète ».

Elle qualifie ainsi l'appui de la banque de « geste responsable » quand on sait que les MTN sont une affaire de tout le monde.

A l'en croire, le diabète est une maladie qui va croitre de manière épidémique dans les années à venir. « Les experts prédisent en Afrique une augmentation 156% du diabète d'ici 2045 ».

Pour le cas du Sénégal, Mme Mbaye a brandi une enquête nationale du ministère de la santé menée en 2015, et qui a permis de constater que 3,45% de la population âgée de 18 à  69 ans est affectée par cette maladie. D'où, plus de 500 mille personnes atteintes, rapporté à la population globale.

Elle rappelle que le diabète est une maladie lourde par ses conséquences invalidantes. Il faut partir des maladies à soins coûteux avec un poids social, humain et économique trop lourd pour nos sociétés.

D'après elle, « la contribution de Ecobank est une avancée certes mais justement c'est pas à pas que nous allons y arriver ».

Avant d'agiter : « Nous espérons qu'Ecobank donnera l'exemple et que d'autres institutions vont s'investir dans la lutte contre le diabète et les maladies non transmissibles, en général ».

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.