Promouvoir une culture de la transparence pour une gouvernance renforcée de la commande publique

16 Novembre 2019
Content from our Premium Partner
African Development Bank (Abidjan)

La Banque africaine de développement est la première institution multilatérale de développement en Afrique.

A ce titre, elle a fait du financement du développement sur le continent, son cœur de métier. Le « métier du développement » pour ainsi dire, requiert dans le contexte qui est le nôtre, plus que des vœux pieux, des aptitudes et des compétences, de la rigueur et de l'abnégation. La Banque a fait le choix d'être aux côtés des pays soucieux de faire éclore une Afrique nouvelle capable de vaincre la fatalité et les forces d'inertie qui la maintiennent dans la stagnation et le retard structurel.

Dans cette optique, la promotion de la gestion efficace de la commande publique d'une part et l'intégrité et la lutte contre la corruption d'autre part, sont érigées non seulement en standards de référence mais en indices et indicateurs, permettant de mesurer les progrès accomplis, en vue d'asseoir une culture commune de la performance.

L'adoption en 2015 de son Nouveau cadre de passation de marchés a permis au Groupe de la Banque africaine de développement de se projeter au-delà de la seule responsabilité fiduciaire et se consacrer davantage à sa mission de développement de ses pays membres régionaux (PMR).

A ce sujet, la nouvelle politique d'acquisition de la Banque préconise un renforcement et une plus grande utilisation des systèmes nationaux ; elle autorise et encourage la prise en compte des considérations socio-économiques et environnementales des PMR dans le cadre de la passation et de la gestion des marchés ; elle prône enfin l'utilisation des méthodes innovantes et des nouvelles technologies de l'information pour plus d'efficience dans la passation des marchés.

La prise en compte de ces nouvelles considérations dans la gestion de la commande publique requiert un changement d'approche par rapport au passé et un renforcement permanent des capacités techniques.

Ce n'est donc pas un hasard si la Banque a décidé de soutenir la création du Réseau africain de la commande publique (RACOP) dont la première assemblée générale à Dakar se tient du 14 au 17 novembre 2019. En effet, ce réseau ambitionne d'être une plateforme d'échange de connaissances et d'expériences des professionnels et praticiens du continent et un levier pour effectuer des réformes dans les marchés publics tant au niveau national que régional.

Au moment où la Banque africaine de développement vient d'obtenir auprès de ses actionnaires l'augmentation de son capital, à hauteur de 125% (la plus grande hausse de capital de son histoire), et dans la perspective de l'atteinte de ses cinq objectifs prioritaires connus sous le nom de « High5 », il est plus que d'actualité dans le cadre de ses opérations, que ces ressources soient utilisées avec plus de rigueur par les PMR à travers les marchés publics.

Neila Myriam Conté, Manager, Division de l'approvisionnement pour les régions du Nord, Ouest et du Centre

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.