La Banque africaine de développement et le gouvernement signent deux accords de dons d'un montant total de 23,4 millions d'euros en faveur du développement du Port de Bujumbura

21 Février 2020
Content from our Premium Partner
African Development Bank (Abidjan)

De gauche à droite : Ntunzwenimana Jean Bosco, ministre des Transports, des Travaux Publics, de l'Equipement et de l'Aménagement du Territoire du Burundi ; Domitien Ndihokubwayo, ministre des Finances, du Budget et de la coopération au développement économique du Burundi ; Daniel Ndoye, responsable-pays de la Banque africaine de développement au Burundi, et Claude Bochu, chef de la délégation de l'Union européenne au Burundi

La Banque africaine de développement et le gouvernement burundais ont signé, mardi 18 février à Bujumbura, capitale économique du Burundi, deux accords de dons d'un montant total de 23,4 millions d'euros sur les ressources du Fonds Africain de Développement (FAD) et de la Facilité d'Appui à la Transition (FAT) en faveur du secteur du transport du pays.

Le don provenant du FAD, d'un montant de 17,3 millions d'euros, et celui du FAT de 6,1 millions d'euros, contribueront au financement de la phase 1 du projet de Développement du Corridor de Transport sur le Lac Tanganyika : elle concerne la rénovation du port de Bujumbura. Les accords ont été paraphés par le ministre burundais des Finances, du Budget et de la Coopération au développement économique, Domitien Ndihokubwayo, et par le responsable pays de la Banque africaine de développement au Burundi, Daniel Ndoye. Etaient présents à cette cérémonie le ministre des Transports, des Travaux Publics, de l'Équipement et de l'Aménagement du Territoire Ntunzwenimana Jean Bosco, et le chef de la délégation de l'Union européenne (UE) au Burundi, Claude Bochu, co-financeur du projet.

Ce projet, co-financé par le gouvernement burundais et la Banque africaine de développement, bénéficie également d'un don de 19,7 millions d'Euros de l'Union Européenne, qui doit être signé prochainement.

Ce projet est particulièrement important pour le Burundi à plusieurs titres : il vise à désenclaver le pays, à accroître la capacité et l'efficacité du port de Bujumbura afin d'améliorer la connectivité régionale ; il entend développer le commerce régional le long du corridor intégré du Lac Tanganyika et son interconnexion avec les corridors commerciaux régionaux existants ; il va contribuer ainsi à stimuler la croissance économique et améliorer le bien-être des populations au Burundi, selon Domitien Ndihokubwayo, qui a tenu à saluer le soutien de la Banque africaine de développement.

Le ministre des Finances, du Budget et de la coopération au développement économique du Burundi, a souligné également le rôle important que joue déjà la Banque dans le secteur des transports au Burundi, indiquant que le projet offrait un réel potentiel de développement des échanges interrégionaux.

Daniel Ndoye s'est réjoui de la « bonne collaboration qui a prévalu, pour conclure ces accords, entre le Burundi, la Banque et l'Union européenne. La Banque est disponible pour continuer à accompagner, sur les plans financier et technique, le développement du secteur des transports au Burundi », conformément aux priorités stratégiques de la Banque, les « High 5 », et de son Document de stratégie-pays (DSP 2019-2023).

Stefan Nalletamby, vice-président par intérim de la Banque, en charge du secteur privé, de l'infrastructure et de l'industrialisation, a salué la signature de ces accords de dons et a indiqué que le projet participerait au renforcement de l'intégration régionale à laquelle la Banque contribue activement.

Contact:

Amadou Mansour Diouf, Département de la communication et des relations extérieures

Contact technique :

Gérard Nimpa, ingénieur supérieur de transport

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.