La Banque africaine de développement améliore l'intégration régionale, l'économie locale et l'emploi par le financement d'un tronçon routier

8 Septembre 2020
Content from our Premium Partner
African Development Bank (Abidjan)

Le Projet d'élargissement de la route Carrefour de la Paix‑Pont Woyowayanko‑Point Y, réalisé entre 2010 et 2013 à Bamako, a amélioré le système de transport terrestre, réduit les accidents de la circulation, accru les échanges locaux et régionaux et créé de nombreux emplois.

Le tronçon, qui fait partie du corridor reliant la Guinée et le Mali via Kankan, est la porte d'entrée de Bamako pour le commerce au Mali, via la Guinée.

Le projet, financé à hauteur de 18,7 millions de dollars par le Fonds Africain de développement, a été mis en œuvre selon une approche participative durant 39 mois. Il a consisté en l'aménagement, l'élargissement et le revêtement de 8,8 kilomètres en 2x2 voies de 3,5 mètres de large avec pistes cyclables, de trottoirs de 2 mètres, de la section de la route urbaine entre le Carrefour de la Paix et Point Y et le pont de Woyowayanko, ainsi que l'installation d'un poste à péage.

« Le projet a atteint son objectif de développement, » indique le rapport d'achèvement du projet. Selon les estimations de la Banque, l'ouvrage a permis d'accroître le volume du trafic entre la Guinée et le Mali de 59 000 tonnes en 2008 à 120 000 tonnes en 2018.

Le projet a aussi bénéficié à toute la population de la Commune IV du District de Bamako estimée à 700 000 habitants, soit 29% de la population totale du District, et à ceux des environs immédiats. Les autres bénéficiaires du projet sont les transporteurs guinéens.

Le désenclavement du Mali constitue une priorité du gouvernement qui, depuis des années, s'est engagé à diversifier les corridors d'accès du pays à la mer. Ce projet de 8,8 kilomètres est le prolongement du projet multinational Kankan‑Kourémalé‑Bamako achevé en 2008 et fait partie du corridor malien d'une longueur de 91,8 kilomètres, débouchant sur les ports de Conakry en Guinée et de Dakar au Sénégal.

Quelque 84 000 personnes ont été sensibilisées à la sécurité routière mais aussi aux infections sexuellement transmissibles et à une meilleure connaissance des risques du paludisme.

Le cadre de vie des populations a également été amélioré grâce à l'aménagement de 24 latrines, la construction de 10,18 kilomètres de caniveaux pour atténuer l'impact des inondations et la réalisation d'aménagements connexes incluant deux bornes fontaines et des clôtures. La vitesse moyenne sur cette section de la route a doublé en passant à 40 km/h, avec un coût d'exploitation des véhicules en baisse de 220 francs CFA au kilomètre à 176 francs CFA/km.

Le projet a réduit les accidents de la circulation, renforcé les échanges régionaux et donné un meilleur accès aux infrastructures socio-économiques, tels que les centres de santé et les centres éducatifs de Sébénikoro, grâce à la réduction du temps des trajets. Le projet a permis une hausse des revenus par la création estimée de 200 emplois durant sa réalisation.

Quelque 200 kiosques ont été rénovés pour les femmes du marché de Sébénikoro, qui leur a permis de travailler, même en saison des pluies, dans des conditions plus sûres. Deux passerelles piétonnes ont été construites au profit du marché et du groupe scolaire de Sébénikoro qui compte 4 632 élèves.

Les activités commerciales ont connu un dynamisme avec l'augmentation du nombre de stations‑service, de bars, de lieux de restauration, et de pharmacies.

Enfin, la restauration des bornes fontaines dans l'enceinte de l'école fondamentale et du centre de santé de Sébénikoro a facilité l'accès à l'eau pour les populations proches de la route et réduit ainsi les corvées d'eau, majoritairement dévolues aux femmes et surtout aux jeunes filles. Une influence positive sur le taux de scolarisation des filles est attendue.

En conclusion, le Projet d'élargissement de la route Carrefour de la Paix‑Pont Woyowayanko‑Point Y, a impulsé une nouvelle dynamique à l'économie de Bamako en apportant un soutien à la compétitivité et à l'environnement du secteur privé. Il a aussi renforcé la participation des populations pauvres à la croissance économique du pays.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.