Le nouveau port de Walvis Bay est désormais un centre logistique régional, le nouveau terminal à conteneurs fonctionne à pleine capacité

8 Septembre 2020
Content from our Premium Partner
African Development Bank (Abidjan)

Le nouveau terminal à conteneurs du port namibien de Walvis Bay, construit entre 2014 et 2019, offre au pays une installation portuaire haut de gamme. L'infrastructure, mise en service en août 2019, tourne désormais à plein régime, selon un rapport de la Banque africaine de développement publié le 3 septembre dernier.

L'agrandissement du port, sur une surface de 40 hectares récupérés sur la mer, a coûté 200 millions de dollars américains, dont 70% ont été financés par la Banque africaine de développement. Il fait de Walvis Bay un hub logistique pour desservir l'Afrique australe et centrale. L'objectif est de répondre à la demande croissante de fret, tout en promouvant un nouvel accès maritime sur la côte sud-ouest de l'Afrique pour desservir les pays enclavés de la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC).

« La construction du nouveau terminal à conteneurs a été achevée avec succès, note le rapport d'achèvement du projet conduit par Richard Malinga, ingénieur des transports à la Banque et chef du projet. Il comprend la réalisation de travaux de dragage portant sur 3,9 millions de m3, la construction d'un mur de quai de 600 mètres, la pose de surfaces pavées sur 304 000 m2, la construction d'ateliers et de bâtiments administratifs, l'installation de quatre grues navire-terre, la construction d'une route d'un kilomètre, la pose de 2,3 km de rails et la mise en place de réseaux de services. »

Les travaux de mise à niveau de l'approvisionnement en électricité ont également été achevés avec succès. Ces activités ont nécessité la formation de sept pilotes et 26 opérateurs de grues navire-terre, dont une femme.

Dans l'ensemble, poursuit le rapport, le projet a pleinement réalisé les progrès nécessaires. Il a permis de porter la capacité du terminal portuaire de 355 000 EVP (unité équivalente à un conteneur de 20 pieds) à 750 000 EVP par an. En outre, le nombre de mouvements d'accostage par heure est passé de 20 à 26, le temps d'attente des navires a été réduit à moins de 8 heures et le temps de transit des conteneurs de 14,5 jours à 9,5 jours.

« À l'achèvement du projet en 2019, la demande de services émanant du port de Walvis Bay a augmenté d'environ 8% par la mise en service du nouveau terminal », précise le rapport de la Banque africaine de développement, qui se montre très optimiste pour l'avenir de l'infrastructure portuaire.

« Les volumes de fret et les recettes et revenus provenant d'autres services (droits maritimes, portuaires, d'accostage et légers, et autres droits de stockage et de manutention) devraient augmenter d'au moins 8 % par an en 2020 et 2021. Par la suite, la croissance devrait atteindre 5% par an », prévoit le rapport.

Le développement du port de Walvis Bay en Namibie répond au cadre fixé par les cinq priorités stratégiques de la Banque, les « High 5 », notamment celle qui consiste à favoriser l'intégration du continent africain.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.