Dans l'est de l'Ouganda, la Banque africaine de développement permet à quelque 100.000 personnes d'obtenir des installations sanitaires résilientes aux changements climatiques

11 Septembre 2020
Content from our Premium Partner
African Development Bank (Abidjan)

Les fonds additionnels au Programme d'alimentation en eau et assainissement (PAEA), accordés à l'Ouganda en 2015, ont contribué à améliorer l'accès à l'eau et à l'assainissement pour une centaine de milliers de personnes dans l'est du pays, selon un rapport de la Banque africaine de développement publié le 28 août dernier.

Les ressources, d'un montant de 8,3 millions de dollars américains, ont servi notamment à préserver et améliorer la résilience des populations et des écosystèmes aux changements climatiques dans certaines zones en proie aux inondations et exposées à la sécheresse dans les districts de l'est.

Dans les zones inondables du mont Elgon, le programme a renforcé l'intégrité des écosystèmes par la plantation d'arbres sur 782 hectares. Il a également aidé 820 ménages au lieu de 400 initialement ciblés à créer des structures de conservation des eaux et des sols sur leurs exploitations, notamment l'agroforesterie. Par ailleurs, 1 296 ménages et quinze institutions ont bénéficié de l'installation de foyers écoénergétiques pour la cuisson des aliments.

Selon le rapport d'achèvement du projet, piloté par Nancy Ogal, ingénieure supérieure en eau et assainissement à la Banque, la réalisation du programme a fourni à 59 309 personnes, sur une cible de 40 000, des installations sanitaires résilientes au changement climatique dans les zones périurbaines inondables. Elle a aussi conçu et construit 133 latrines dotées d'un système d'évacuation, 121 blocs de dix latrines dans 60 établissements scolaires et des latrines quadruples dans plusieurs lieux publics.

En d'autres lieux du projet, vingt écoles et deux espaces publics ont été pourvus en ouvrages d'assainissement, à l'exception de Paliisa, où seules une latrine publique et 21 latrines scolaires ont été construites. Pour chaque établissement scolaire, une toilette et un incinérateur pour l'élimination des serviettes hygiéniques usagées ont été mis à disposition des bénéficiaires.

Dans le domaine de la collecte des eaux de pluie, l'installation de 903 citernes de récupération des eaux de pluie pour les ménages est achevée. Environ 5 400 bénéficiaires ont été enregistrés. L'opération d'extension du réseau d'écoulement par gravité a lui procédé à 1 200 branchements supplémentaires au profit de 32 400 utilisateurs. Enfin, neuf réservoirs de vallée d'une capacité de 10 000 m3 en vue d'augmenter l'eau disponible pour l'élevage ont été construits dans les trois districts d'Apac, d'Otuke et de Katakwi exposés à la sécheresse.

« L'appui supplémentaire a permis d'enregistrer des progrès et des réalisations notables. Au total, 97 109 personnes ont été desservies sur une période de cinq ans (soit 37 800 pour l'accès à l'eau et 59 309 pour l'assainissement). Les résultats du projet ont fortement contribué à l'amélioration des résultats nationaux. Le nombre des établissements scolaires équipés d'installations de base destinées au lavage des mains à l'échelle du pays a augmenté, passant de 34% à 42% entre 2015 et 2019 », souligne le rapport de la Banque.

Mieux, poursuit le rapport, la capacité de stockage cumulée de l'eau pour la production au niveau national s'est accrue de 37,2% à 41% pendant la même période. Pour sa part, le nombre des comités des usagers de l'eau, conseils de l'eau, comités de gestion de l'environnement et comités de gestion des bassins versants avec des femmes à des postes clés, est passé de 67% à 75%. Enfin, la population ayant accès à une source d'eau améliorée à trente minutes de marche et dans un rayon d'un kilomètre est passé de 67% à 70%.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.