À São Tomé-et-Principe, la Banque africaine de développement facilite l'accès des jeunes à l'enseignement supérieur

22 Octobre 2020
Content from our Premium Partner
African Development Bank (Abidjan)

Armindo José Lourenço, 27 ans, est étudiant en droit à la Faculté des Sciences et de la Technologie de l'Université de São Tomé-et-Principe. « J'ai toujours été déterminé à devenir avocat. C'est pour cela que je suis aujourd'hui à l'université », explique-t-il.

« Tous les élèves veulent aller à l'université et obtenir un diplôme. Je ne suis pas différent des autres. C'est une énorme satisfaction pour moi, reconnaît le jeune homme, qui se dit comblé de suivre des cours à l'université. Pour mes camarades, je suis fait pour le droit. Je suis très heureux d'y arriver. Les difficultés de la vie m'ont rendu plus fort et m'ont appris à me battre. »

A São Tomé-et-Principe, l'ancien Institut supérieur polytechnique - Faculté des Sciences et de la Technologie depuis 2014, intégré à l'université du pays fait la fierté du pays. Financé par la Banque africaine de développement, il offre un accès à l'enseignement supérieur pour de nombreux étudiants. « J'ai toujours été enseignant à l'Institut, raconte Lúcio Pinto. J'ai le plaisir de participer à la vie académique de ces jeunes et d'y contribuer tous les jours avec eux. »

L'Institut supérieur a ouvert ses portes en 1998 avec 200 étudiants. Actuellement, quelque 1500 étudiants y sont inscrits. « Les choses ont bien évolué sur les plans académique, scientifique et technique », précise l'enseignant. Le président de la Faculté des Sciences et de la Technologie, Miguel de Oliveira Gomes, souligne que « l'Institut supérieur polytechnique a commencé par répondre aux besoins de l'enseignement primaire et secondaire. Il y a quelques années, nous avons réalisé que les défis d'éducation étaient de plus en plus importants. Nous avons alors créé l'université en 2014. Outre l'évolution du nombre d'étudiants, la qualité de l'éducation s'est aussi améliorée. »

Grâce à la Faculté des Sciences et de la Technologie, le nombre d'étudiants diplômés à São Tomé-et-Principe a augmenté de façon substantielle. L'Institut a aidé de nombreux étudiants à réussir leur envol professionnel. Ancienne étudiante, Sabina Ramos est aujourd'hui analyste de programme au Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD). Pour elle, l'accès à l'enseignement supérieur a joué un rôle déterminant dans la réalisation de ses objectifs. « J'ai toujours voulu faire quelque chose de significatif, explique Sabina. J'ai appris que l'Institut supérieur polytechnique avait lancé un programme d'enseignement post-secondaire. Si je n'avais pas obtenu ce diplôme, je n'aurais pas pu le compléter à l'université et je ne serais pas là où je suis aujourd'hui. »

L'université, dont l'effectif est passé de 200 à 1 500, propose 18 diplômes de niveau licence (contre cinq en 2014), notamment en biologie, mathématiques, économie, tourisme, agronomie, électronique, TIC, relations publiques et communication. Ces diplômes sont adaptés aux besoins du marché du travail national.

Si le soutien financier de la Banque africaine de développement s'est révélé indispensable pour l'institut, l'expertise de la Banque n'en est pas moins appréciée. « La Banque a non seulement financé l'Institut mais elle suit également son évolution, salue Miguel de Oliveira Gomes. Elle jouera un rôle important dans l'amélioration de la qualité de l'enseignement. Nombreux sont nos anciens étudiants à avoir décroché un emploi de qualité. »

En juin 2018, le président de la Banque africaine de développement, Akinwumi Adesina, était venu à São Tomé-et-Principe. Il avait salué les acquis de l'Institut et lancé un message aux étudiants : « Je crois en vous ! Vous êtes les futurs leaders de votre pays, dont vous devez libérer le potentiel en visant haut, en collant aux besoins du marché du travail et en vous préparant aux métiers du futur. »

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.