Soudan - La Banque africaine de développement achève l'apurement de 413 millions de dollars d'arriérés

12 Mai 2021
Content from our Premium Partner
African Development Bank (Abidjan)

Dr Gibril Ibrahim Mohammed, ministre des Finances et de la Planification économique et Nnenna Nwabufo, directrice générale pour l'Afrique de l'Est à la Banque africaine de développement présentent ici les documents des accords de subvention signés pour l'apurement des arriérés du Soudan vis-à-vis de la Banque africaine de développement.

La Banque africaine de développement a achevé le processus d'apurement des arriérés du Soudan vis-à-vis de l'institution avec l'effacement de 413 millions de dollars américains de dette, conformément à une décision de son Conseil d'administration, permettant ainsi à ce pays d'Afrique de l'Est d'accéder immédiatement à un nouveau financement.

Cet apurement a été rendu possible grâce au soutien du gouvernement britannique, qui a apporté un financement relais de 148 millions de livres sterling pour apurer les arriérés du Soudan auprès du Fonds africain de développement, le guichet de prêts à taux concessionnels du Groupe de la Banque. De son côté, la Suède a apporté une subvention d'environ 4,2 millions de dollars pour couvrir la part de l'opération à la charge du Soudan. L'Irlande s'est engagée à apporter 150 000 euros pour le service de la dette future du Soudan.

Par conséquent, les sanctions imposées par la Banque africaine de développement au Soudan ont été levées et une opération d'appui aux réformes est en cours de préparation dans le pays, dans le cadre du réengagement complet de la Banque avec le Soudan, en complément des opérations en cours. L'apurement des arriérés du Soudan auprès d'institutions financières internationales comme la Banque africaine de développement, la Banque mondiale et le Fonds monétaire international, est l'une des conditions préalables pour le pays au regard de l'Initiative en faveur des Pays pauvres très endettés (PPTE). Cette opération est primordiale pour que le Soudan bénéficie d'un apurement de ses dettes auprès des créanciers membres et non‑membres du Club de Paris.

Le Premier ministre du Soudan, Abdallah Hamdok, a exprimé sa reconnaissance à l'égard de la Banque africaine de développement pour son soutien. « Après un parcours long et difficile, mais également fructueux, nous nous réjouissons de la perspective d'établir une relation encore plus solide avec la Banque africaine de développement après l'apurement des arriérés, ce qui nous permettra de réaliser nos objectifs de développement », a déclaré Abdallah Hamdok, exprimant également sa gratitude à l'égard du Royaume-Uni, de la Suède et de l'Irlande pour leurs rôles dans la facilitation de cette avancée majeure.

« Le Royaume-Uni a fourni un crédit-relais pour permettre l'apurement des arriérés du Soudan auprès de la Banque africaine de développement, a indiqué Dominic Raab, secrétaire d'État britannique aux Affaires étrangères, au Commonwealth et au Développement. Cette transaction permet au Soudan de bénéficier de programmes supplémentaires importants visant à aider le développement du pays et constitue une autre étape dans son redressement économique et dans sa transition vers la démocratie. Je salue le travail accompli par le gouvernement du Soudan et par la Banque africaine de développement pour arriver à ce résultat. »

« Le gouvernement suédois est un fervent défenseur de la transition démocratique du Soudan et de sa réintégration dans l'économie mondiale, a appuyé, pour sa part, le ministre suédois de la Coopération internationale pour le développement, Per Olsson Fridh. L'apurement des arriérés auprès de la Banque africaine de développement est une étape importante dans ce sens pour le Soudan. La Suède est fière de contribuer à ce processus et se réjouit de l'attention que porte la Banque africaine de développement aux questions de l'égalité des sexes et du climat dans sa coopération future avec le Soudan, car ils sont essentiels pour la stabilité et le développement à long terme du pays. »

Pour Colm Brophy, ministre d'État irlandais à l'Aide au développement outre-mer et à la Diaspora, « le peuple du Soudan s'est engagé dans une transition politique et économique importante. L'Irlande se réjouit de soutenir cette transition en contribuant, avec la Suède et le Royaume-Uni, au processus d'apurement des arriérés du Soudan auprès de la Banque africaine de développement. »

Le président de la Banque africaine de développement, Dr Akinwumi A. Adesina, a félicité le gouvernement du Soudan et adressé ses remerciements au Royaume-Uni, à la Suède et à l'Irlande. « La persévérance et l'engagement du gouvernement et du peuple soudanais ont porté leurs fruits, aboutissant à ce moment historique qui ouvrira de nouvelles possibilités de financement pour le Soudan », a-t-il salué.

Bien que cette opération permet à la Banque de se réengager pleinement avec le Soudan, elle travaillera avec le pays et d'autres partenaires de développement pour achever le processus de l'initiative PPTE, a précisé Khaled Sherif, vice-président de la Banque africaine de développement en charge du Développement régional, de l'intégration régionale et de la prestation de services,

Le portefeuille actuel de la Banque africaine de développement au Soudan comprend dix-neuf opérations et représente un engagement total d'environ 600 millions de dollars. Il couvre des secteurs tels que l'agriculture, l'eau et l'assainissement, le social et l'énergie ainsi que l'appui au secteur privé.

Contact:

Amba Mpoke-Bigg, Département de la communication et des relations extérieures, Banque africaine de développement, e-mail : a.mpoke-bigg@afdb.org

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.