Maroc - La Banque africaine de développement et l'Organisation internationale du Travail dressent un bilan de la crise et tracent les perspectives d'une relance inclusive

31 Mai 2021
Content from our Premium Partner
African Development Bank (Abidjan)

Près de 80% des TPME affectées par la crise avec plus de 400 000 emplois perdus en 2020.

Les mesures de soutien ont substantiellement amorti le choc de la crise sur l'emploi et la croissance.

La relance devrait être davantage tirée par les TPME et créatrice d'emplois.

Dans une note d'orientation politique intitulée « Impact de la crise Covid-19 sur l'emploi et les TPME au Maroc », publiée le 31 mai 2021, la Banque africaine de développement et l'Organisation internationale du Travail (OIT) appellent à donner une nouvelle impulsion à l'entreprenariat des jeunes et au développement des très petites et moyennes entreprises (TPME) afin de renforcer la résilience aux chocs - facilitée par les mesures de soutien - et créer des emplois de qualité dans le Royaume.

Fruit d'une collaboration entre les deux institutions, ce document analyse les répercussions de la pandémie de Covid-19 sur l'emploi et le développement des TPME marocaines, avec des recommandations à la clé.

Cette note a été initiée par la plateforme entrepreneuriale « Souk At-Tanmia », soutenue par la Banque africaine de développement, avec un financement du Programme de partenariat dano-arabe (DAPP). Elle s'appuie sur les résultats des outils de simulation macroéconomique et de données d'enquêtes portant sur 300 TPME du Maroc. La note reprend les conclusions d'une consultation nationale organisée en distanciel à la fin de 2020. Cette rencontre a réuni près de 70 participants issus d'organismes nationaux et d'institutions de développement.

L'impact de la crise sur l'emploi et les TPME

Le Maroc, comme le reste du monde, a été touché de plein fouet par la pandémie de Covid-19. En 2020, la crise a entraîné la perte de 432 000 emplois selon le Rapport du Haut-Commissariat au Plan sur l'emploi (janvier 2021), et a provoqué une hausse de la précarité de l'emploi, en particulier chez les jeunes, les femmes et les populations les plus vulnérables. On note également une baisse de 26% du volume horaire travaillé par semaine, équivalant à près de deux millions d'emplois.

Les TPME, qui concentrent 73% des emplois, ont été particulièrement affectées par la crise. Près de 80% d'entre elles ont accusé une baisse de plus de 15% de leur chiffre d'affaires, conséquence du premier confinement.

L'enquête réalisée a ainsi révélé un besoin d'accompagnement technique exprimé par plus de 77 % de ces entreprises.

Les mesures publiques ont substantiellement amorti le choc de la crise

Les décisions rapides des autorités marocaines ont atténué les conséquences économiques et sociales de la crise, relève le document.

Les résultats du modèle de simulation utilisé pour cette étude démontrent l'effet amortisseur du soutien public. Les mesures d'indemnisation des travailleurs prises par le gouvernement et les facilités accordées aux TPME ont contribué à préserver 71% des emplois menacés à la suite du premier confinement. Ces efforts ont aussi permis d'éviter une décélération plus importante de la croissance du PIB, avec une baisse supplémentaire d'environ six points de pourcentage.

Des vulnérabilités structurelles accentuées

Avant la crise, les TPME marocaines faisaient face à des difficultés d'accès au financement, ne recevant que 15,6% du total des crédits bancaires, selon la note. Ce tissu économique est aussi caractérisé par un faible niveau de qualification qui limite les gains de productivité. Le document révèle, par ailleurs, la prédominance du secteur informel qui concerne 81% des TPME et 60% des emplois du secteur privé. En outre, près de deux tiers des salariés ne disposent pas de couverture sociale.

Une relance davantage tirée par les TPME et créatrice d'emplois

La note relève les avancées réalisées dans le cadre du plan de relance économique pour faciliter notamment l'accès au financement des entreprises et renforcer le socle de protection sociale. Elle souligne les importants progrès du programme « Intelaka » relatif au déploiement d'instruments financiers adaptés aux besoins des TPME. Le document préconise, à cet effet, le renforcement, à court terme, des dispositifs d'accompagnement technique destinés aux entrepreneurs. Il appelle notamment à adopter une vision holistique et intégrée de la promotion de l'entreprenariat et des TPME afin de lever les contraintes structurelles.

Pour soutenir la reprise, le document propose d'inclure, dans chaque plan sectoriel de relance, des projets et programmes à fort potentiel d'impact sur la création d'emplois et de réaliser une revue à mi-parcours de la Stratégie nationale de l'emploi.

Penser l'après Covid-19 permet d'appréhender l'économie marocaine avec des fondations plus résilientes, plus inclusives et plus innovantes. Une croissance endogène créatrice d'emplois décents, davantage tirée par les TPME, s'avère ainsi fondamentale. C'est autour de ces axes que s'articulent les principales recommandations de cette note conjointe.

Contact:

Contact médias :

Banque africaine de développement l Fahd Belbachir, chargé supérieur des relations extérieures et de la communication pour l'Afrique du Nord I f.belbachir@afdb.org

Contacts techniques :

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.