12 Mai 2019
Content from our Premium Partner

African Development Bank (Abidjan)

Les temps forts de la visite du président de la Banque africaine De développement, Akinwumi Adesina

« La Banque est venue ici pour marquer des buts de développement avec le Congo ».

Le président de la Banque africaine de développement, Akinwumi Adesina, a entamé sa première visite officielle en République du Congo, le vendredi 10 mai 2019, par une session interactive avec les membres du gouvernement, élargie aux partenaires au développement, aux diplomates, ainsi qu'aux acteurs clés du secteur privé.

Le président Adesina doit également rencontrer le chef de l'Etat congolais, Dénis Sassou-Nguesso dans son village natal à Oyo, pour discuter de projets de développement et répondre ainsi à son invitation ainsi formulée : «Marchons ensemble vers le développement ! Allons plus loin ensemble ! »

Accompagné d'une délégation de la Banque à Brazzaville, Akinwumi Adesina a eu une entrevue avec le Premier ministre Clément Mouamba, qui a salué le « partenariat exemplaire » entre la Banque et le Congo.

Les séances présidées par la ministre du Plan, de la Statistique et de l'Intégration régionale, et gouverneure de la Banque pour le Congo, Ingrid Ebouka-Babackas, ont porté sur la manière, dont la Banque pourrait coordonner ses actions avec les partenaires au développement, ainsi que sur les unités d'exécution de projets pour aider le pays à surmonter la récession qu'il traverse. Pour la ministre, la Banque africaine de développement est « notre banque et un partenaire de choix ».

La situation économique du pays dépend, depuis des décennies, des recettes pétrolières. Les défis sont nombreux et conditionnés par les négociations en cours avec le FMI autour de sa dette extérieure. Les membres du gouvernement ont détaillé leurs politiques et programmes ainsi que les domaines nécessitant du soutien.

Nous venons pour marquer des buts de développement avec le Congo

Le président Adesina a souligné les perspectives d'investissements structurants de la Banque au Congo ainsi que la nécessité pour le gouvernement d'impliquer davantage le secteur privé pour accélérer le développement inclusif du pays. Il a aussi salué la conclusion des discussions engagées entre les autorités congolaises et le FMI.

« La Banque africaine de développement est prête à fournir des appuis budgétaires à hauteur de 208 millions de dollars américains », a précisé le président de la Banque.

Les partenaires au développement (FMI, Banque mondiale, AFD, PNUD, FAO) ainsi que les représentants de la France, des États-Unis, de l'Italie et de l'Union européenne ont tous encouragé la Banque à financer des projets à effets multiplicateurs. Le pont route-rails qui relie Brazzaville à Kinshasa en République démocratique du Congo, sera financé à hauteur de de 550 millions de dollars américains. La Banque va aussi intensifier ses engagements dans les zones agricoles et rurales pour introduire l'agrobusiness. La construction d'une école de formation en agriculture contribuera à faciliter l'accès à l'emploi des jeunes. Des actions concrètes seront menées jusqu'en 2022 pour améliorer les conditions de vie des populations par l'intensification de l'accès à l'eau, l'énergie, et le renforcement des capacités.

Le Congo est un membre fondateur de la Banque africaine de développement. Les premiers investissements de l'institution dans le pays datent de 1972. Jusqu'à présent, le montant cumulé des projets financés par la Banque au Congo s'élève à 772 millions de dollars, avec un portefeuille actif de quelque 290 millions de dollars.

"Nous sommes très reconnaissants du soutien de la Banque, a conclu Ingrid Ebouka-Babackas. « Vous avez apporté des réponses précises et appropriées à nos questions. Merci pour ce que vous ferez pour renforcer le secteur privé ».

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.