Déclaration de Huawei suite à l'article du Wall Street Journal portant sur les techniciens de Huawei qui auraient permis aux gouvernements africains d'espionner les opposants politiques

16 Août 2019
Content from our Premium Partner
35Nord (Paris)

Le 14 août 2019, le « Wall Street Journal », a publié un article dans lequel il affirmait que les employés de Huawei utilisaient les solutions de sécurité urbaine « Safe city » de l'entreprise et les produits des autres sociétés pour aider les gouvernements Ougandais, Zambiens et Algériens afin d’espionner leurs opposants politiques.

Huawei rejette catégoriquement ces allégations infondées et inexactes du Wall Street Journal contre ses activités commerciales en Ouganda, en Zambie et en Algérie.

Le code de conduite professionnelle de Huawei interdit à tout employé d’entreprendre des activités qui compromettraient les données ou la confidentialité de nos clients ou des utilisateurs finaux, ou qui enfreindraient les lois en vigueur.

Huawei est fier de respecter les lois et les réglementations locales à travers tous les marchés où il opère et défendra sa réputation avec vigueur face à de telles allégations sans fondement.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.