La Banque africaine de développement octroie un prêt de 27 millions de dollars pour développer les chaînes de valeur agricoles dans le sud-ouest du pays

30 Septembre 2020
Content from our Premium Partner
African Development Bank (Abidjan)

Le Conseil d'administration de la Banque africaine de développement a approuvé, le 29 septembre à Abidjan, un prêt de 27 millions de dollars américains à Madagascar pour lui permettre de développer les chaînes de valeur agricoles dans sa partie sud-ouest.

Ce financement est destiné à la mise en œuvre du Projet de développement de la zone de transformation agro-industrielle dans la région du sud-ouest de Madagascar (PTASO), une initiative qui pourrait être dupliquée au niveau national pour assurer une meilleure transformation des produits agricoles. Le projet vise non seulement à inverser la tendance des faibles performances répétées sur les plans agricole et économique mais il doit également apporter une réponse aux conséquences de la pandémie de Covid‑19.

Le PTASO qui sera mis en œuvre sur cinq ans à partir de 2021 doit permettre de promouvoir les chaînes de valeur agricoles notamment celles du riz, du pois du cap, du maïs, des produits halieutiques et des petits ruminants, par le développement d'infrastructures et l'incitation du secteur privé à soutenir la transformation industrielle.

Plusieurs activités seront ainsi financées : la mise en place des infrastructures de base de la plateforme agro-industrielle de Toliara et des centres d'agribusiness à Ankililoake et Tandadave ; l'amélioration des infrastructures de production agricole (périmètres irrigués, fermes aquacoles, etc.) et de mise sur le marché (magasins de stockage, pistes, etc.) ; le renforcement des capacités des acteurs des filières agro-industrielles (services de l'État, organisations de producteurs).

Ces actions auront pour résultats la création de richesse et d'emplois, l'amélioration de la sécurité alimentaire et la réduction de la malnutrition chronique dans le sud-ouest de Madagascar.

Le PTASO couvrira près de 83000 hectares de « l'île rouge ». Il aura des retombées concrètes sur le quotidien de 152 000 bénéficiaires directs et 460 000 bénéficiaires indirects, dont environ 54,7% de femmes. À terme, il doit combler le retard de développement de la région du sud-ouest de Madagascar, qui compte six districts et 81 communes, pour une superficie de 45 000 km² et une population d'environ 1 372 000 habitants (chiffre de 2017), qui vivent, pour près de 76% d'entre eux, dans des zones rurales.

« Ce projet consolide les investissements de la Banque dans la région sud-ouest, notamment, la route RN9, le Corridor de facilitation du commerce et les 23 000 ha d'aménagements hydro‑agricoles considérés comme des modèles de projets structurants à Madagascar », a expliqué le responsable du Bureau‑pays, Cherif Mouhamed.

 Alexis Adélé I Département de la Communication et des relations extérieures I Email : a.adele@afdb.org

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.