La Corne de l'Afrique est-elle menacée par la perte des investissements directs étrangers ?

26 Mars 2021
Content from our Premium Partner
AllAfrica InfoWire (Washington, DC)

Treize élections présidentielles et législatives sont prévues en Afrique au cours de l'année 2021, malgré la présence du COVID-19. Si la peur de contracter le COVID-19 a peut-être contribué à la baisse de la participation électorale, ce n'est pas la seule raison pour laquelle les gens restent à la maison au lieu d'aller voter.

Sur l'ensemble du continent, de nombreux rapports font état de mesures de répression contre les rassemblements publics et d'actes d'intimidation à l'encontre des partis d'opposition – leurs dirigeants fuyant en exil si toutefois ils ne sont pas arrêtés. Une grande partie des médias sont réduits au silence, et de nombreux journalistes sont harcelés, menacés et emprisonnés.

La légitimité du processus électoral d'un pays est étroitement liée à ses perspectives de stabilité. Dans un certain nombre de pays comme l'Ouganda, le Tchad, la République du Congo et Djibouti, les dirigeants occupent leurs sièges depuis des décennies et s'y maintiennent par tous les moyens, y compris par la force, par la suppression des limites du nombre de mandats et par l'octroi d'un espace opérationnel limité pour les partis d'opposition.

L'intensification des conflits internes dans de nombreux pays due à l'augmentation de la corruption, à l'absence d'obligation à rendre des comptes et à l'absence de réformes, menace de compromettre la stabilité économique de toute la région de la Corne de l'Afrique.

L'indice de perception de la corruption de Transparency International, par exemple, classe l'Ouganda et Djibouti au 142e rang sur 180 pays, le Tchad au 160e sur 180 et la République du Congo au 170e rang sur 180. Dans son rapport IPC 2020 : Afrique subsaharienne , l'organisation révèle que l'Afrique subsaharienne – avec un score moyen de 32 – est la région la moins performante de l'IPC, ce qui montre peu d'amélioration par rapport aux années précédentes et souligne la nécessité d'une action urgente. Il existe un besoin désespéré de réforme dans tous les secteurs de chacun de ces pays si l'on veut sauver leurs économies, améliorer la sécurité et donner des emplois aux populations jeunes.

Les tensions sont fortes

En janvier 2021, la commission électorale nationale ougandaise a déclaré le président Yoweri Museveni élu pour un sixième mandat avec 58 % des voix, mais les résultats ont été largement contestés. Le principal candidat de l'opposition, Robert Kyagulanyi, a été placé en résidence surveillée pendant 12 jours après l'élection, et les partis d'opposition ont appelé à une défiance nationale envers le gouvernement de Museveni. Les groupes de défense des droits de l'homme et les gouvernements étrangers ont vivement critiqué le gouvernement pour avoir coupé l'Internet pendant l'élection et interdit les observateurs extérieurs.

Les élections en Somalie, qui devaient se dérouler le 8 février 2021, n'ont toujours pas eu lieu en raison de l'absence d'accord sur la manière dont le scrutin doit se dérouler. Alors que les protestations et les tensions s'intensifient dans le pays, le Conseil de sécurité des Nations unies a exhorté le gouvernement somalien à organiser des élections "dès que possible" dans une résolution qui souligne la menace pressante que représentent Al-Shabab et les groupes d'opposition armés pour la sécurité du pays. La résolution des Nations unies, adoptée à l'unanimité, autorise l'Union africaine à maintenir sa force de près de 20 000 hommes en Somalie jusqu'à la fin de l'année, avec pour mandat de réduire la menace que représentent les groupes extrémistes.

Au Niger, l'accusation d'irrégularités électorales a entraîné des manifestations de masse et la répression gouvernementale. Le 23 février 2021, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) du pays a déclaré Bazoum, candidat du parti au pouvoir et ancien ministre de l'intérieur, vainqueur avec 55,75 % des voix. Ousmane, qui a obtenu 44,25 % des voix, a remporté les bastions de l'opposition de Tillabéry, qui comprend Niamey, la capitale, et de Zinder. Malgré l'annonce de la CENI, Ousmane s'est déclaré vainqueur.

En République du Congo, lors de l'élection du 21 mars 2021, c'était la première fois que les électeurs se rendaient aux urnes en deux phases depuis la première élection présidentielle multipartite en 1992. Au pouvoir depuis 36 ans, le président sortant du pays, Dennis Sassou Nguesso, âgé de 77 ans, est l'un des présidents les plus anciens d'Afrique. Parmi ses opposants, on comptait Mathias Dzon, ancien ministre des Finances entre 1997 et 2002, et Guy-Brice Parfait Kolélas, qui était arrivé deuxième lors de l'élection présidentielle très contestée de 2016 remportée alors par Sassou Nguesso. Guy-Brice Parfait Kolélas est décédé un jour après que le pays se soit rendu aux urnes. Il avait été hospitalisé à la veille des élections et est décédé du COVID-19 alors qu'il était transporté en France pour y être soigné.

Prochain rendez-vous : les élections à Djibouti

Les élections libres et équitables sont la pierre angulaire de la démocratie et l'un des principaux moteurs des investissements étrangers dans un pays. Le 9 avril 2021, les Djiboutiens se rendront aux urnes, le président Omar Guelleh tentant d'obtenir un cinquième mandat lors des élections présidentielles du pays. Guelleh est au pouvoir depuis 1999, soit au total 22 ans. La limitation des mandats – qui stipulait que les présidents ne pouvaient effectuer que deux mandats – a été levée en 2010, juste avant son troisième mandat.  Les médias ne sont pas libres à Djibouti. Le classement mondial de la liberté de la presse 2020 place le pays à la 176e place sur 180, en recul de trois places depuis 2019.

Reporters sans frontières (RSF) rapporte qu'aucun média privé ou indépendant ne fonctionne dans le pays. Les médias qui fonctionnent sont utilisés à des fins de propagande par le gouvernement du Président. Les journalistes djiboutiens vivent dans la peur. Il existe une station en exil, La Voix de Djibouti, qui émet depuis la Belgique, mais le signal est souvent brouillé, et son site Internet bloqué. En 2019, un reporter de La Voix de Djibouti, basé à Djibouti, a été violemment battu et arrêté à plusieurs reprises.

Les membres des partis d'opposition, même ceux reconnus par la commission électorale, sont harcelés, arrêtés et poursuivis. En septembre 2020, plusieurs partis d'opposition se sont regroupés sous la bannière de la coalition USN dans le but de bloquer un cinquième mandat de Guelleh. Ils veulent que les élections soient reportées jusqu'à ce que la commission électorale soit réformée et, dans l'intervalle, ils appellent à un gouvernement de transition.

Djibouti est stratégiquement situé près de Bab-el-Mandeb, et son accès au trafic maritime à travers l'océan Indien et dans la mer Rouge a permis au pays d'accueillir les bases navales de la France, de la Chine, du Japon et des États-Unis. Cela signifie qu'il y a peu de pression internationale sur le pays pour qu'il se réforme. Le gouvernement tire une grande partie de ses revenus des droits portuaires et des droits de base, et il a contracté une dette extérieure de 103 % du PIB pour soutenir les projets ferroviaires, portuaires et énergétiques nécessaires. Entre 2019 et 2021, les paiements du service de la dette de Djibouti ont augmenté d'environ 120 %, laissant le pays et sa population dans un risque élevé de surendettement. Les niveaux d'inégalité et de pauvreté sont élevés dans le pays, le chômage atteint 48 %, et le mécontentement des jeunes, qui continuent de lutter pour trouver un emploi, ne cesse de croître.

Afin de surmonter ces difficultés, le pays doit courtiser les investisseurs étrangers qui ont l'intention d'améliorer les infrastructures, de faciliter le commerce international et de créer des emplois dans une économie affaiblie. Si, en théorie, il n'existe pas de lois, de pratiques ou de mécanismes discriminatoires à l'égard des investisseurs étrangers, il peut être compliqué de s'y retrouver dans la bureaucratie. Selon les Déclarations 2020 sur le climat d'investissement : Djibouti du Département d'État américain,

"Les politiques gouvernementales sont parfois peu transparentes et ne favorisent pas la concurrence sur une base non discriminatoire. De même, les systèmes juridiques, réglementaires et comptables ne sont pas toujours transparents ni conformes aux normes internationales." Cette situation constitue une menace potentielle pour les investisseurs étrangers comme DP World, qui utilise actuellement tous les "moyens légaux" pour défendre ses droits sur un terminal de Djibouti, après que la nation africaine a nationalisé l'installation.

Selon des rapports récents, le contrat de concession entre DP World et Djibouti, signé en 2006, est régi par le droit anglais par le biais de la Cour internationale d'arbitrage de Londres. La décision de Djibouti de nationaliser le terminal à conteneurs de Doraleh est intervenue après que le gouvernement a mis fin à un contrat de concession de 50 ans avec DP World, déclenchant un différend entre les deux parties.

DP World aurait obtenu trois décisions de tribunaux britanniques sur cette affaire, la plus récente étant une injonction de la Haute Cour de Londres le 31 août 2020, mais le gouvernement de Djibouti ne parvient pas à accepter et à appliquer les décisions des tribunaux britanniques. Lorsque l'on considère les pertes financières auxquelles DP World doit faire face depuis la nationalisation du terminal, ainsi que les frais de justice qui continuent de s'accumuler, il convient de se demander si investir à Djibouti est un pari sûr.

Si DP World continue manifestement à voir de la valeur et à investir dans la Corne de l'Afrique – en signant récemment un accord d'une valeur de 442 millions USD pour l'expansion et l'exploitation d'un centre régional de commerce et de logistique au port de Berbera, en partenariat avec l'autorité portuaire du Somaliland et l'Éthiopie – les investisseurs internationaux ont peut-être de bonnes raisons de retenir leur souffle, et d'adopter une approche attentiste quant aux résultats des élections présidentielles, non seulement à Djibouti, mais aussi au Bénin, au Tchad, à São Tomé et Principe, en Zambie et dans d'autres pays qui se rendront aux urnes vers la fin de l'année.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.