Mort d'un manifestant lors de la journée « villes mortes » en Guinée

La Guinée renoue avec les vieux démons. C'est le moins que l'on puisse dire avec la mort d'un jeune homme, tué hier, 16 octobre 2018, au cours de la deuxième journée « villes mortes », organisée par l'opposition politique. A ce qu'on dit, l'infortuné a été tué par balle à Ratoma, du nom de ce quartier situé dans les faubourgs de la capitale, Conakry.



Dans les quartiers favorables à l'opposition de Conakry, la circulation n'a repris qu'en fin de journée, mardi 16 octobre (photo d'illustration).