Mort d'un manifestant lors de la journée « villes mortes » en Guinée

La Guinée renoue avec les vieux démons. C'est le moins que l'on puisse dire avec la mort d'un jeune homme, tué hier, 16 octobre 2018, au cours de la deuxième journée « villes mortes », organisée par l'opposition politique. A ce qu'on dit, l'infortuné a été tué par balle à Ratoma, du nom de ce quartier situé dans les faubourgs de la capitale, Conakry.

Dans les quartiers favorables à l'opposition de Conakry, la circulation n'a repris qu'en fin de journée, mardi 16 octobre (photo d'illustration).

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.