Sanctions en série après la bousculade mortelle au concert de Soolking

Défaillances sécuritaires, mauvaise organisation, les critiques fusent depuis deux jours en Algérie après la mort de cinq jeunes à l'entrée du concert du rappeur Soolking jeudi soir. Un drame national qui n'est pas resté sans effet. La ministre de la Culture et le directeur général de la Sureté nationale ne sont plus en poste depuis samedi.

Le concert animé par le rappeur algérien Soolking au stade du 20 août 1955 à Alger

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.