Tigré - L'Ethiopie se dit victime d'une pression internationale injustifiée

Les chancelleries occidentales demandent une nouvelle fois un accès libre et indépendant pour les humanitaires dans la province du Tigré, en guerre depuis 7 mois. La France, les États-Unis, la Grande-Bretagne et plusieurs ambassades européennes exigent aussi un cessez-le-feu pour permettre à la région d'éviter une famine. Le gouvernement éthiopien se dit victime d'une pression internationale injustifiée. Addis-Abeba réfute les accusations et refuse des négociations avec les rebelles tigréens.

Un travailleur humanitaire distribue de la nourriture et d'autres bricoles à Mekele, dans le Tigré.

Focus Sur

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X